Nouvelle Génération d´Auteurs

les mots de la NGA
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La fenêtre.

Aller en bas 
AuteurMessage
Plume
Modératrice consciencieuse et infatigable
avatar

Nombre de messages : 207
Localisation : entre ici et ailleurs mais toujours là quand il faut!!!
Date d'inscription : 29/10/2004

MessageSujet: La fenêtre.   Sam 19 Mar à 3:55

Voilà un nouveau texte qui vous plaira peut-être... Un texte de la nuit pour les insomniaques et pour ceux qui le découvriront demain, un texte comme ça...

LA FENETRE



La fenêtre était ouverte ou fermée tout dépendait du jour et du temps, s’il faisait nuit ou non... Elle se tenait souvent devant, semblant regarder à l’extérieur ou peut-être dans le vague, au fond qu’est-ce que ça pouvait bien faire… Elle était enfouie dans une telle solitude qu’en sortir serait comme chercher une issue dans un labyrinthe, ou bien encore essayer de sortir d’un puits sans fond… Autant dire qu’elle n’y réussirait jamais.

Elle ne savait plus où aller, ni que faire. Elle n’avait plus personne vers qui se tourner et elle souffrait. La peine était là toujours… Elle essayait de l’enfouir toujours plus profond mais la douleur était comme une éponge, et remontait chaque fois à la surface, chaque fois prenant plus de place, imbibée qu’elle était de son chagrin, de son cœur qui saigne.

Elle vivait ainsi chaque jour de sa vie, se levant sans but, errant à travers un monde qu’elle ne comprenait plus, et dont elle ne voulait plus faire partie : à quoi bon ! Tout lui semblait étranger, comme si elle était spectatrice d’une scène qu’elle voyait extérieurement, indifférente… Tout était toujours pareil inlassablement, le monde était fixe et ne bougeait pas… Les gens se déplaçaient, mais le décor restait toujours le même, froid et lugubre… Les villes si bondées étaient des refuges pour les âmes en peine et déchirées.

La pluie avait commencé à tomber, elle tapait doucement sur les carreaux, laissant ci et là, quelques gouttes qui s’accrochaient quelques instants avant de lâcher prise et couler… Bizarrement, la vie d’une goutte de pluie ressemblait à la sienne, mais elle ne devait pas en être loin de la fin alors… Elle regardait dehors, encore, se demandant si le monde pourrait être lavé de toutes ces immondices, si la pluie durait assez longtemps.

Un nouveau jour, la pluie avait cessé et le soleil était revenu. Encore un jour, elle se levait, regardait à travers la même fenêtre mais rien n’avait changé, nul besoin de sortir elle le voyait d’ici. Alors, il lui fallait une nouvelle fois, se préparer à affronter ce qu’il y avait au dehors… Ce n’était pas un but mais une nécessité : elle devait puisqu’il le fallait… Le monde était ainsi fait, que les choses dues ne sont pas toujours celles voulues ou même souhaitées…

Et puis chaque soir, elle revenait à son ancre, son point de repère presque comme un oasis dans son désert : sa fenêtre. Interface virtuelle entre deux mondes qui se rejoignaient parfois. Ce qui lui montrait le monde tel qu’il était, était aussi la seule barrière l’en protégeant… Et pourtant c’était auprès d’elle, regardant à travers elle chaque jour, qu’elle se sentait le mieux. Mais elle ne s’y sentait jamais bien, elle ne le pouvait pas, ne se le permettrait pas.

Le réconfort et la paix lui étaient interdits, le bonheur n’existait pas et elle savait. Chaque jour elle cherchait une raison de survivre dans ce monde aliénateur, ou une raison d’abandonner : de lâcher prise enfin. Mais voilà, elle n’avait même plus le courage ou la force de faire la seule chose sensée qui lui restait à faire.

Alors les yeux perdus au-dehors, elle imaginait un endroit où elle aurait pu être heureuse au moins un peu, juste une fois… Ses pensées, elles aussi, avaient été corrompues par l’extérieur, elle se prenait à imaginer un univers bassement matériel, elle qui ne l’avait jamais été. Comment rêver si nos rêves ne sont plus vraiment les nôtres ?

La nuit et la lune étaient venues, vers le croissant elle tournait souvent les yeux, formulant silencieusement les questions qu’elle n’osait posé à haute voix ; auxquelles elle n’osait pas essayer de répondre, tant l’issue lui semblait évidente et lui faisait peur… Et puis c’était tellement facile de se voiler la face de temps à autre…

Cette nuit, elle la passait encore devant la fenêtre, seul rempart entre le monde et elle, la raison et la folie ; mais aussi entre la vie et la mort. Il lui aurait été facile un soir, d’ouvrir sa fenêtre et de simplement traverser, pour atteindre l’autre côté du miroir…

_________________
Je suis pas un grand écrivain mais j'écris quand même... Et je vous lis toujours pour mon plus grand plaisir!!

Et heu aussi Antigone, Hiraeth et Torny, c'est quand la suite??? Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Candleinthestorm

avatar

Nombre de messages : 589
Age : 35
Localisation : ENV-Alfort
Date d'inscription : 11/10/2004

MessageSujet: Re: La fenêtre.   Dim 20 Mar à 23:51

Shocked

Wou-ah-ou !

Ce texte j'ai rien à y redire! L'expression est bonne, le fond prenant. On s'y laisse prendre aussi, et puis comme la goutte d'eau arrive en bas de la fenêtre, nous voilà en bas du texte sans nous y rendre compte...

Et puis tout s'estompe...

C'est joli! J'aime!

_________________
UneBougieDansLaTempête, membre de la Nouvelle Génération d'Auteurs...



Les rues sont pleines de ces bonheurs que les gens trop souvent piétinent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fritesauvin.canalblog.com/
Hiraeth Dùnadan
Floodeuse en série
Floodeuse en série
avatar

Nombre de messages : 468
Age : 28
Localisation : les Terres Sauvages
Date d'inscription : 11/11/2004

MessageSujet: Re: La fenêtre.   Lun 21 Mar à 15:27

j'ai eu du mal à piger que "elle" c'etait pas la fenetre Shocked rigolez pas c'est pas evident du tout


sinon je suis parfaitement d'accord avec Candle, bravo Poopoune

_________________

"C'est en écrivant qu'on devient écrevisse" Hans Arp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.perdu.com
TSI
Invité



MessageSujet: Re: La fenêtre.   Mar 22 Mar à 12:44

Citoyenne Plume,

Par décision de l'instance suprême émanant de NSMO, vous avez été reconnue coupable pour le crime suivant :

"les questions qu’elle n’osait posé à haute voix"
"les questions qu'elle n'osait posER à haute voix"

LORSQUE DEUX VERBES SE SUIVENT, LE SECOND SE MET A L'INFINITIF

La sentence a été prononcée : 3 jours au pilori.
Revenir en haut Aller en bas
Candleinthestorm

avatar

Nombre de messages : 589
Age : 35
Localisation : ENV-Alfort
Date d'inscription : 11/10/2004

MessageSujet: Re: La fenêtre.   Mar 22 Mar à 12:53

Plume a écrit :
Citation :
Comment rêver si nos rêves ne sont plus vraiment les nôtres ?

Peux-tu approfondir un peu cette idée s'il te plaît, la développer... J'avoue que j'ai du mal à saisir le fait que mes rêves puissent ne pas m'appartenir...

_________________
UneBougieDansLaTempête, membre de la Nouvelle Génération d'Auteurs...



Les rues sont pleines de ces bonheurs que les gens trop souvent piétinent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fritesauvin.canalblog.com/
Hiraeth Dùnadan
Floodeuse en série
Floodeuse en série
avatar

Nombre de messages : 468
Age : 28
Localisation : les Terres Sauvages
Date d'inscription : 11/11/2004

MessageSujet: Re: La fenêtre.   Mar 22 Mar à 15:28

bah moi non.... dans la societe actuelle, les reves sont pre formates, et quand tu reves il arrive que tu aies l'impression que ce ne sont plus tes reves.... en tout cas ça m'arrive....

_________________

"C'est en écrivant qu'on devient écrevisse" Hans Arp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.perdu.com
Tornade
Plume active
Plume active
avatar

Nombre de messages : 201
Localisation : Là où commence le chemin de l'obscurité...
Date d'inscription : 16/11/2004

MessageSujet: Re: La fenêtre.   Mar 22 Mar à 20:09

TSI a écrit:
Citoyenne Plume,

Par décision de l'instance suprême émanant de NSMO, vous avez été reconnue coupable pour le crime suivant :

"les questions qu’elle n’osait posé à haute voix"
"les questions qu'elle n'osait posER à haute voix"

LORSQUE DEUX VERBES SE SUIVENT, LE SECOND SE MET A L'INFINITIF

La sentence a été prononcée : 3 jours au pilori.

Mon Dieu Plume tu t'es faite allumer par la TSI ! Faut faire gaffe.
Mais moi je dis VSMO (bah oui Votre Sainte Mère l'Orthographe ) elle est un peu cruelle pour Plume non ?! La faute était pas très grave (eh oui que voulez-vous, solidarité ).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TSI
Invité



MessageSujet: Re: La fenêtre.   Mar 22 Mar à 20:52

Citoyenne Tornade,

Vous avez été reconnue coupable de complicité hérétique avec la citoyenne Plume,

Verdict, au choix :

- 1 jour de pilori pour vous, avec elle (comme ça vous pourrez lui tenir compagnie);
- 1 jour de pilori supplémentaire pour Plume.

Voyons voir jusqu'où va la solidarité...

Mouhahahahahaha!!!! Evil or Very Mad Que je suis sadique!

Non je plaisante! C'était une boutade! Je ne suis pas si méchant tout de même!

N'empêche que je vous ai à l'oeil maintenant... Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Tornade
Plume active
Plume active
avatar

Nombre de messages : 201
Localisation : Là où commence le chemin de l'obscurité...
Date d'inscription : 16/11/2004

MessageSujet: Re: La fenêtre.   Mar 22 Mar à 21:49

Mouarf c'est clair, l'est sadique la TSI ! Pis d'abord j'aurais choisi un jour de pilori pour tenir compagnie à ma Plume à moi, mais bon, c'est avec plaisir que je vous vois l'enlever.
Et m'en fous, je fais quasi jamais de fautes moi !

Mouarf, allez, je laisse la nouvelle de Plume tranquille (cela dit en passant j'aime beaucoup aussi ^_^).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La fenêtre.   

Revenir en haut Aller en bas
 
La fenêtre.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nouvelle Génération d´Auteurs :: Les textes de la NGA :: Nouvelles-
Sauter vers: