Nouvelle Génération d´Auteurs

les mots de la NGA
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La télé fut... et Frank Zappa !

Aller en bas 
AuteurMessage
Lain
Plume active
Plume active
avatar

Nombre de messages : 216
Age : 37
Localisation : Wired
Date d'inscription : 09/06/2005

MessageSujet: La télé fut... et Frank Zappa !   Jeu 9 Juin à 14:19

Coucou les p'tits loups ! Avant de poster (petit à petit, comme promis) mon histoire "principale", je commence par deux petites nouvelles "SF". Voici la preum's, dédiée à Léa

Vos commentaires sont les bienvenus...

--------------------------------------------


Le poste de télévision émit un crissement suraigü; l'écran vira au gris neigeux puis au noir mat. Vexée, Sally appuya sur la télécommande pour le rallumer, appuya de plus en plus fort; rien n'y fit. Ses joues tremblèrent de crispation.

- Dieu Tout Puissant ! Ma télé !

Elle attendit encore quelques minutes, paresseusement avachie dans son sofa moëlleux, puis, plus furieuse qu'elle ne l'avait été depuis des mois, elle se leva, balança la télécommande par terre et chercha un peu de réconfort dans le frigidaire.

Elle n'avait pas encore fini d'engloutir son premier ice-cream que Tsuna couina pour l'avertir de pas dans le couloir - elle saisit son fusil léger "conçu pour ces dames" qu'elle avait consciencieusement appris à manier pour se prémunir de visiteurs importuns, et tint la porte d'entrée en joue, goûtant silencieusement aux doux frissons d'adrénaline. En reconnaissant la voix de son frère, elle baissa le canon presque à regret.

Anton arborait son éternel sourire, et la malice de ses yeux semblait plus éclatante que jamais; il embrassa poliment sa petite soeur, et ne parut pas s'étonner de la voir, joues rosies par la colère et fusil en main, lui offrir un ice-cream et ramasser les fragments de sa télécommande avec un vague sentiment de culpabilité.

- Que vas-tu faire, maintenant ?, l'interrogea-t-il avec un signe de tête en direction de la télévision.
- Ben euh... Attendre qu'ils me la réparent ! Pourquoi ?
- Il me semble avoir entendu dire que beaucoup de pannes de ce genre étaient intervenues récemment - les délais s'allongent...

Il vit les yeux dorés de sa chère frangine s'ouvrir comme des soucoupes, et tenta une ouverture.

- Tu devrais profiter de l'occasion pour te changer les idées ! Tiens, que dirais-tu d'une petite ballade avec ton vieux frérot ?

Son enthousiasme ne parut pas la convaincre, mais elle réalisa avec étonnement que leur dernière sortie commune datait de l'année passée: ils avaient visité un zoo, chatouillé des singes, monté un éléphant, photographié...

- Ok ! On va où ?

Et comme elle accrochait le fusil sous la table de séjour, elle ajouta:

- Mais pas trop longtemps, hein, ils vont peut-être la réparer vite...

--------------------------------------------------------------------------------

Cela faisait des semaines que la jeune femme n'était pas sortie seule, et bien plus longtemps encore avec quelqu'un; sans aller jusqu'à en saisir la cause, Tsuna comprenait que ce comportement étrange exigeait de lui une attention toute particulière. Il se mut en ondulant jusqu'à l'entrée, vérifia la fermeture de la porte en communiquant avec le mécanisme électronique, puis revint s'arrimer à sa station d'accueil, près du lit de sa maîtresse.

Officiellement, Tsuna, comme tous ses semblables, n'était qu'un anibot de compagnie: la société était devenue si dure, si cruelle, que chacun se repliait sur soi et tentait de vivre en autarcie. Pour ne pas sombrer dans la folie ou la dépression solitaire, les humains se voyaient proposer la discrète amitié d'un robot, attentionné, affectueux et ne souffrant pas des défauts de l'âme humaine. Un anibot soulageait vos cafards, surveillait le sommeil de votre enfant, commandait même vos denrées alimentaires préférées en fonction de vos stocks. Amis humains, dormez tranquilles: un ami indéfectible veille sur vous.

Tandis qu'il rechargeait ses accumulateurs, Tsuna se repassa mentalement les derniers événements et finit par transmettre son ébauche de conclusion au centre régional de calcul IA dont la puissance lui permettrait d'affiner son jugement. Son sens inné des responsabilités l'investissait d'une force supérieure; non, il ne serait pas dit que le fidèle et dévoué Tsuna manquait d'attention envers sa maîtresse humaine.

--------------------------------------------------------------------------------

En bon empêcheur de tourner en rond, Anton avait conservé sa CM304, une antiquité à quatre roues rendue obsolète par la généralisation des transports en commun aériens; il était persuadé que tous les passagers de ces navettes subsoniques étaient fichés, contrôlés, et il ne les employait que pour les trajets longs et sans importance.

Dès lors, quand il s'agissait de sortir sa soeur de son antre, pas question de faire confiance au "système": elle était très certainement surveillée, épiée, peut-être même faisait-elle partie de ces cobayes que l'on filmait à leur insu pour que d'autres se gaussent de leurs petits travers. Son existence impérialement monotone était du pain béni pour les Grands Voyeurs dont l'existence ne faisait aucun doute pour Anton.

Lors de leurs premières excursions, Sally avait mis un certain temps à s'habituer au piètre confort de la berline, et surtout à sa lenteur: 220km/h contre 980 pour les navettes. Mademoiselle était pressée, voyez-vous, le prochain épisode des Sailers n'attendrait pas, et puis son adorable petit serpent avait besoin d'elle... Une demi-heure de trajet la rendait hystérique.

La fois précédente, Anton avait dû accepter un compromis, et Sally s'était finalement émerveillée devant un documentaire animalier holographique au cinéma du coin. Il aurait parié qu'elle se souvenait d'avoir été léchée par une girafe... Les progrès en matière de création de faux souvenirs ne laissaient guère de chances à une fleur aussi fragile.

Bref, cette fois, pas question de céder à nouveau du terrain: il devait préserver l'humanité de sa soeur, ou ce qu'il en restait, des Grands Voyeurs et de leurs modeleurs d'esprit. Il l'emmena donc en pleine nature, ce qui n'avait plus la même simplicité que lorsqu'ils étaient enfants: la ville avait dévoré tout le sud de l'Angleterre, et il fallait s'aventurer dans les profondeurs du York pour trouver un coin de forêt relativement épargné. L'air y était moins pur que dans les simulations olfactives des plages d'Aquitaine du siècle passé, mais il avait le mérite d'être réel...

Ils se promenèrent toute l'après-midi sur les sentiers ombrageux. Anton fit de son mieux pour égayer la conversation, et surtout pour protéger sa soeur des dangers qu'elle ne percevait pas: les ronces épineuses menaçaient de lacérer ses jambes, et les serpents de l'attaquer sans crier gare. Habituée à la présence ouatée de Tsuna, Sally considérait tous les reptiles comme des êtres magnifiques et affectueux, et ne paraissait pas réaliser que ceux que son frère éloignait discrètement étaient des créatures vivantes dont les crocs n'avaient rien de décoratif.

Finalement, Sally décréta qu'il était l'heure de rentrer: elle avait mal aux jambes - tu ne fais pas assez d'exercice, soeurette -, sa gorge lui brûlait - tu es en manque d'ice-cream surglucosé -, et elle avait grand besoin d'un bain chaud - et tu as la trouille de rater la rediff de ce soir -. Estimant avoir fait de son mieux, Anton la guida sur le chemin du retour.

--------------------------------------------------------------------------------

- Bien ! J'espère que vous êtes toutes et tous remis de vos émotions, chers amis, car le prochain accusé va vous faire frémir !

Tsuna s'enroula autour du mollet de sa maîtresse avec un sifflement câlin.

- Je ne vous le fais pas dire, Richard ! Ce marginal, bien connu des services de police, a été arrêté ce matin même pour avoir - rendez vous compte ! - saboté les récepteurs satellites de tout un quartier, empêchant les résidents de suivre leurs émissions favorites pendant plusieurs heures !
- Dieu Tout Puissant ! Ce crime est impardonnable, et vous allez choisir le châtiment de ce délinquant !

Le ton des deux présentateurs était vindicatif, démagogique, et les circuits infaillibles de Tsuna percevaient les astuces de mise en scène: éclairage rouge sang, vue plongeante sur le futur condamné, éléments du décor frémissant aux limites du champ de vision du spectateur pour le stimuler davantage; tout cela savamment arrosé d'images subliminales vantant les mérites de l'ice-cream Kellen et des pizzas Boogie Mama.

L'homme fut installé sur un fauteuil métallique visiblement inconfortable, et on lui découvrit le visage. Si Sally y découvrit des traits familiers, elle n'en montra rien, et Tsuna se garda bien d'amener sa maîtresse à davantage de lucidité.

- Ce criminel mérite-t-il quelques années de prison ? Une détention à perpétuité ? La mort ? Vous, chers amis, vous êtes ses juges, et vous devez décider de sa punition ! A vous de jouer !

Quelle était donc cette vermine qui avait osé perturber sa vie déjà douloureuse ? Qui pouvait donc prétendre la priver d'un épisode des Sailers ? Un être humain normalement constitué, méritant une place dans la société ? Sûrement pas. Sally appuya sans trembler sur le troisième bouton rouge de sa télécommande, et regarda avec fascination le résultat du vote.

L'homme hurla: "Sally ! J'ai fait tout ça pour toi !"

Elle haussa un sourcil en pensant à sa pauvre homonyme qui pleurait sans doute sang et eau sur le sort de son vaurien de petit chéri, se baissa pour caresser distraitement Tsuna et ne ferma pas les yeux lorsque la décharge consuma instantanément son frère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.matthy.org
Skid
Plume déliée
Plume déliée
avatar

Nombre de messages : 304
Localisation : corrèze
Date d'inscription : 26/02/2005

MessageSujet: Re: La télé fut... et Frank Zappa !   Jeu 9 Juin à 14:50

eh bien ma foi, je pense qu'il est difficile de faire dans la SF, de donner un sens au choix du style, de créer un univers qui se tient, de délimiter des personnages aux existences parlantes, de ficeler une histoire de sorte à ce que tout arrive petit à petit, de garder le lecteur dans un suspens insoutenable, le tout avec une grosse touche d'ironie, des exagérations qui montrent qu'on ne se prend pas au sérieux d'un seul coup. pourtant je crois que tu l'as fait en plus le sens est poignant... encore que, pas encore assez engagé ;p je plaisante. dis moi ce serait pas toi anton? "vivent les chiens d'eau portugais" ( Tristan Lenôtre)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lain
Plume active
Plume active
avatar

Nombre de messages : 216
Age : 37
Localisation : Wired
Date d'inscription : 09/06/2005

MessageSujet: Re: La télé fut... et Frank Zappa !   Jeu 9 Juin à 15:46

Bah, comme tout le monde, je mets un peu de moi dans chaque personnage

Merci pour la critique positive...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.matthy.org
Capitaine Caverne
Petite plume
Petite plume


Nombre de messages : 56
Date d'inscription : 09/02/2005

MessageSujet: Re: La télé fut... et Frank Zappa !   Jeu 9 Juin à 16:32

J'ai beaucoup aimé, c'est très original, et la chute est terrible! Le châtiment du vilain frangin est peut-être un peu trop doux : un dangereux psychopathe qui prive la population de loisirs culturels tels que la Ferme - Célébrités, la Première Compagnie ou l'Ile de la Tentation devrait plutôt être empalé tout nu en plein hiver sur un conifère canadien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tetisher
Invité



MessageSujet: Re: La télé fut... et Frank Zappa !   Jeu 9 Juin à 17:03

Ca, j'Aime, avec un grand A ! Moi qui pensais m'être lassée de la SF, ça me réconcilie avec ce genre : c'est franchement très bien. Idée excellente, monde bien construit mais réaliste (à faire peur, d'ailleurs), écriture fluide et agréable. Pour l'instant, aucune critique à apporter de ma part...
Revenir en haut Aller en bas
Lain
Plume active
Plume active
avatar

Nombre de messages : 216
Age : 37
Localisation : Wired
Date d'inscription : 09/06/2005

MessageSujet: Re: La télé fut... et Frank Zappa !   Jeu 9 Juin à 17:06

Merciii Embarassed Dans mes qq essais SF c'est celui que je préfère... Je n'ai mis "que" deux jours à l'écrire, c'est venu presque tout seul Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.matthy.org
Candleinthestorm

avatar

Nombre de messages : 589
Age : 35
Localisation : ENV-Alfort
Date d'inscription : 11/10/2004

MessageSujet: Re: La télé fut... et Frank Zappa !   Ven 10 Juin à 1:23

Et bien je pense que l'essentiel a été dit :

- un texte très bien écrit ;
- très bien structuré ;
- un scénario tout a fait digne d'intérêt, qui a l'intérêt de porter la réflexion du lecteur sur un élément de notre "culture" contemporaine ;
- une taille très justement dosé : ni trop long et ennuyeux, ni trop court et trop dense, on y perçoit bien les personnages ;
- une chute qui renforce la position que tu prends par rapport à la problématique.

Je n'ai, en toute honnêteté, aucun grief à formuler contre ce texte...

J'aime beaucoup!

N'hésite surtout pas à poster d'autres textes de cette qualité!

_________________
UneBougieDansLaTempête, membre de la Nouvelle Génération d'Auteurs...



Les rues sont pleines de ces bonheurs que les gens trop souvent piétinent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fritesauvin.canalblog.com/
eltrol
Grande plume
Grande plume
avatar

Nombre de messages : 128
Date d'inscription : 17/10/2004

MessageSujet: Re: La télé fut... et Frank Zappa !   Ven 10 Juin à 19:01

Super sympa et pas trop court!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Antigone
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 626
Age : 35
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 10/10/2004

MessageSujet: Re: La télé fut... et Frank Zappa !   Sam 11 Juin à 21:12

J'ai beaucoup aimé... Mais une critique d'Antigone sans points négatifs ne serait pas une critique d'Antigone!

Je trouve qu'on ne ressent pas assez la passion de Sally pour la télévision: on voit que cela lui pourrit la vie au travers du regard de son frère, mais en même temps on ne sait pas si on peut se fier à l'avis de ce marginal qui nous apparaît comme un peu paranoïaque et réfractaire au progrès. Peut-être aurait-il été possible de la mettre plus en relief, peut-être en utilisant un narrateur omniscient non-focalisé.

Ensuite je me suis pris la tête en me demandant pourquoi Sally ne reconnaissait pas son frère: puisqu'elle confond la réalité et la fiction (comme tu nous le montres en parlant du zoo qu'elle conserve comme un souvenir réel), pourquoi n'a-t-elle pas reconnu son frère? Si cette frontière n'existe plus pour elle, elle n'aurait pas dû s'étonner de le voir là. Ou peut-être vit-elle sa vie comme une fiction, comme démontré en parlant des serpents, dans ce cas elle aurait pu supprimer son frère elle-même si elle avait appris son crime, et ce sans état d'âme... Bref était-il indispensable qu'elle ne le reconnaisse pas?

Mais bon ces petites questions n'enlèvent rien au charme de l'intrigue et à son excellente construction: la structure comme il a déjà été dit est très bonne, le vocabulaire et le style également. Du très bon travail!

En passant, n'oublie pas de te pencher sur les textes des autres et de donner ton avis... C'est le principe de base de la NGA. Commenter et être commenté... Il n'y a pas de sens unique ici.

_________________
Big Boss of the NGA
La langue française est une noble langue alors respecte-la, espèce de petit con!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Skid
Plume déliée
Plume déliée
avatar

Nombre de messages : 304
Localisation : corrèze
Date d'inscription : 26/02/2005

MessageSujet: Re: La télé fut... et Frank Zappa !   Sam 11 Juin à 21:28

si si j'en ai vu un au fond a droite, mais je l'ai pris pour le placarder dans ma chambre comme font les jeunes, vous m en voudrez pas!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Antigone
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 626
Age : 35
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 10/10/2004

MessageSujet: Re: La télé fut... et Frank Zappa !   Sam 11 Juin à 21:31

Petit correctif alors: depuis Skid il n'y a PLUS de sens unique ici!

_________________
Big Boss of the NGA
La langue française est une noble langue alors respecte-la, espèce de petit con!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lain
Plume active
Plume active
avatar

Nombre de messages : 216
Age : 37
Localisation : Wired
Date d'inscription : 09/06/2005

MessageSujet: Re: La télé fut... et Frank Zappa !   Dim 12 Juin à 15:08

Merci Antigone pour la critique constructive, je vais y répondre point par point si tu me le permets

Citation :
Je trouve qu'on ne ressent pas assez la passion de Sally pour la télévision: on voit que cela lui pourrit la vie au travers du regard de son frère, mais en même temps on ne sait pas si on peut se fier à l'avis de ce marginal qui nous apparaît comme un peu paranoïaque et réfractaire au progrès. Peut-être aurait-il été possible de la mettre plus en relief, peut-être en utilisant un narrateur omniscient non-focalisé.

En fait, mon objectif était de faire un texte condensé et... suggestif. Je ne voulais pas "humilier" Sally en montrant trop clairement sa bêtise; je ne montre que sa dépendance face à une drogue, et qq effets de celle-ci... Je voulais laisser le lecteur se faire une opinion, plutôt que de dépeindre tous les aspects de la personnalité de Sally.
Concernant Anton, dans la partie qui est centrée sur lui, j'avais mis un peu plus de choses (genre, qq exemples de ce qui avait engendré sa paranoïa), puis j'ai viré tout ça pour, là encore, me contenter du "suggestif": ça aurait créé un déséquilibre par rapport à sa soeur...

En fait, je ne souhaite pas montrer au lecteur qui a raison ou qui a tort, qui est le héros ou qui est le criminel, etc; c'est juste censé être une petite aventure cynique et désabusée dans un futur possible. Le "personnage" de Tsuna s'inscrit dans cette logique: il donne quelques pistes sur la façon dont les "moutons" sont contrôlés et manipulés dans cette société, mais cela reste suffisamment vague pour laisser au lecteur le choix de son opinion et de son imagination...

Citation :
Ensuite je me suis pris la tête en me demandant pourquoi Sally ne reconnaissait pas son frère: puisqu'elle confond la réalité et la fiction (comme tu nous le montres en parlant du zoo qu'elle conserve comme un souvenir réel), pourquoi n'a-t-elle pas reconnu son frère? Si cette frontière n'existe plus pour elle, elle n'aurait pas dû s'étonner de le voir là. Ou peut-être vit-elle sa vie comme une fiction, comme démontré en parlant des serpents, dans ce cas elle aurait pu supprimer son frère elle-même si elle avait appris son crime, et ce sans état d'âme... Bref était-il indispensable qu'elle ne le reconnaisse pas?

Hummm... Je comprends ce que tu veux dire. En fait, je voyais ça comme ça: Sally est droguée à la télé, ou devrais-je dire, à la possession de son esprit.
Lorsque la télé tombe en panne, elle est frustrée, sevrée, en manque... Anton arrive à gérer cela, et profite de ce moment de "lucidité" pour lui rappeler un souvenir (le zoo) d'une de ses dernières journées "à elle": si l'esprit de Sally n'est pas totalement clair, elle est capable de se souvenir un peu (même si elle ne s'est jamais rendue compte que ce zoo n'en était pas un vrai).
Enfin, lorsqu'elle revient devant sa télé, elle redevient un légume sur pattes, un ego en sommeil, et ce qu'elle y voit (l'exécution de son frère) ne provoque en elle que ce que c'est censé provoquer chez tous les spectateurs... On peut imager que l'émission est truffée d'images subliminales (je le sous-entends en parlant de la mise en scène), mais on peut aussi se dire que Tsuna émet des phéromones influençant les ondes cérébrales de Sally, ou je ne sais quoi encore Laughing
Bref, là encore, j'ai voulu laisser de la marge au lecteur (c'est une nouvelle, après tout), mais c'est vrai que ton point de vue se défend... A trop vouloir faire dans la suggestion, on finit par ne plus se faire comprendre Embarassed

Citation :
Mais bon ces petites questions n'enlèvent rien au charme de l'intrigue et à son excellente construction: la structure comme il a déjà été dit est très bonne, le vocabulaire et le style également. Du très bon travail!

Merci Embarassed

Citation :
En passant, n'oublie pas de te pencher sur les textes des autres et de donner ton avis... C'est le principe de base de la NGA. Commenter et être commenté... Il n'y a pas de sens unique ici.

En fait je pense avoir lu tous les textes de ces 4 ou 5 dernières semaines Wink Mais je n'osais pas trop donner mon avis... En particulier sur des poèmes, étant donné que dans ce domaine je suis juste bon à dire "j'aime", "j'aime pas" ou "bof" Laughing

Mais ne t'inquiète pas, je compte bien dire ce que je pense des textes de tout le monde... Je préférais juste attendre un peu pour ne pas faire "coucou j'arrive et je juge tout et tout le monde"... Embarassed

Voilà... Merci ! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.matthy.org
Plume
Modératrice consciencieuse et infatigable
avatar

Nombre de messages : 207
Localisation : entre ici et ailleurs mais toujours là quand il faut!!!
Date d'inscription : 29/10/2004

MessageSujet: Re: La télé fut... et Frank Zappa !   Dim 12 Juin à 18:06

Et bien même constat que pour l'autre nouvelle, la SF c'est pas mon truc en roman ou en nouvelle... (C'est bizarre parce qu'en film et séries ça passe pourtant assez bien, si ce n'est IA... )

Donc j'aime ton écriture et tes tournures, comment tu mets en scène... Et le fin, surtout la fin d'ailleurs...
Le seul hic était le passage cité par Antigone, pourquoi ne reconnaît-elle pas son frère mais tu y as déjà répondu... Wink

Voilà voilà, donc même si je ne suis pas touchée par le fond, et bien continue parce que c'est très bien écrit...

_________________
Je suis pas un grand écrivain mais j'écris quand même... Et je vous lis toujours pour mon plus grand plaisir!!

Et heu aussi Antigone, Hiraeth et Torny, c'est quand la suite??? Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tara
Plume active
Plume active
avatar

Nombre de messages : 230
Age : 30
Localisation : là où vous ne m'attendez pas ...
Date d'inscription : 20/06/2005

MessageSujet: Re: La télé fut... et Frank Zappa !   Ven 24 Juin à 16:05

ca y est je l'ai enfin lu... alors maintenant je commente:

-l'histoire est bien menée, j'ai été captivée jusqu'a la chute et je peux te dire que si Sally c'était trouvé devant moi je l'aurais frappé jusqu'à ce que mort s'en suive!!! Il est vrai que c'est un peu étrange qu'elle ne reconnaisse pas son frère meme si.... Elle est tellement "absorbée" par la téle qu'elle doit vouloir sa mort.
- Le monde que tu décris est assé contemporain pour etre réaliste et meme très réaliste! D'aiileurs je me demandais combien de personnes voudraient la mort d'un "anton" de nos jours....

bon, sinon je l'ai trouvé mieux que l'autre (je me sens plus concernée), bonne histoire, bon style, bonne chute.... CHAPEAU
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lain
Plume active
Plume active
avatar

Nombre de messages : 216
Age : 37
Localisation : Wired
Date d'inscription : 09/06/2005

MessageSujet: Re: La télé fut... et Frank Zappa !   Ven 24 Juin à 22:17

Merci à vous deux J'avoue (sans modestie aucune) que c'est un des textes dont je suis le plus fier... Wink C'est grave hein Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.matthy.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La télé fut... et Frank Zappa !   

Revenir en haut Aller en bas
 
La télé fut... et Frank Zappa !
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 200 Motels
» Toilette de plage
» [Le Cherche Midi] Les enfants de la nuit de Frank Delaney
» P.Frank Fournel
» Les arbres pleurent aussi, un album sur le marronnier d'Anne Frank

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nouvelle Génération d´Auteurs :: Les textes de la NGA :: Nouvelles-
Sauter vers: