Nouvelle Génération d´Auteurs

les mots de la NGA
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Spirale

Aller en bas 
AuteurMessage
Acyella
Petite plume
Petite plume
avatar

Nombre de messages : 94
Localisation : Tarragona!!!!!
Date d'inscription : 08/09/2005

MessageSujet: Spirale   Lun 26 Déc à 0:22

Après une absence plus ou moins prolongée... (tout est relatif)


Spirale

Le noir des anges habille le ciel, ce soir. Matthéo est là, devant sa porte ne sachant que faire. Y aller et se perdre encore une fois. Rester et être perdu, encore. Quand il n’est pas avec elle, il l’aime comme jamais. Comme rien d’autre. Pas de drogue, pas d’alcool et pas de destruction. Juste eux et ce qu’ils appellent ensemble leur adoration angélique. Pourquoi ? Encore un souvenir. Que du vécu. Il n’imagine pas avec elle. Juste des images, du déjà vécu. Il est trop attaqué pour imaginer. Qu’avaient-ils prévu ce soir ? Ah oui, une soirée. Encore chez Romain. Il sait ce qu’ils vont faire. Ils vont dîner, boire. Puis rentrer soit pour s’enivrer à nouveau, soit pour avaler le cachet qui les fera décoller. Pour qu’ils s’envolent. Et ils riront ainsi pendant des heures qui ressembleront trop à des jours sans nuit. Des jours passés ainsi à divaguer. Et elle ? Elle ferait comme eux , elle part toujours plus loin qu’eux. Plus réceptive. Plus rongée.
Alors tous les soirs elle demande la même sortie, au même endroit. Loin de là où ils sont.
Là elle rêve, elle danse. Qu’est ce qu’il peut l’aimer quand elle est heureuse.
Puis, le trou noir. Dix minutes de sa soirée qu’elle oublie et lorsqu’elle revient à elle, elle pleure. Se saccage. Elle se tord dans tous les sens et s’agrippe à lui pour qu’il la retienne. Et pour le retenir parce qu’elle a besoin de lui.
Au début de leur relation il restait avec elle des heures durant. Il avait mal de sentir ses larmes glissées sur sa peau. Parfois aussi mal qu’elle, il tentait de toutes les capturer. Ils les empoignait dans le vide et en emplissait ses paumes. Pour les emprisonner. Qu’elles ne reviennent pas. Et chaque soir elles revenaient.
Ce soir. Que faire ?

Matthéo attrapa sa veste et d’un pas décidé passa la porte de sa chambre. Traversa le couloir, passa la porte. Pour sortir. L’air était bon ce soir. Il était fatigué. Pas assez dormi. La nuit dernière la soirée avait fini alors que le soleil se levait. Emma venait de s’endormir, encore tremblante, dans les bras de son adoré. Elle s’est éveillée vers 10h, les yeux bouffis et encore rouge. Ils parlèrent à peine. Elle s’est habillée et s’est éloignée en lui glissant le « je t’aime » qui le faisait tant rêver. Il croisa un clochard et laissa glisser une pièce de 2 euros. Il n’y avait personne. Il faisait frais. Les jours d’hiver s’approchaient. Ils allaient devoir retourner à la fac un jour pensa-t-il. Mais depuis qu’ils étaient ensemble, ils n’avaient passé leur temps qu’à être ensemble. Parce qu’ils s’aimaient. Mal. Mais ils s’aimaient quand même et ils se disaient que c’était donné à peu de gens.
Il lui semblait être de moins en moins patient avec elle. Il en avait mal à se tordre en la regardant dévaler chaque soir leur descente vertigineuse. Et il avait mal aussi. Moins qu’elle. Il supportait mieux. Ou pire. Il mêlait sa sueur aux larmes d’Emma pour faire semblant de ne pas la suer.
Il arriva devant chez elle. Composa le code qu’il connaissait encore mieux que le sien, poussa la porte vitrée. Hésita.
Il grimpa les escaliers à toute vitesse, pour ne pas avoir envie de les redescendre aussitôt. Entra. Il trouva Emma, dans la salle de bain.
Elle détourne le regard de son miroir, reste indifférente. Elle finit avec calme le trait d’Eye Liner qu’elle avait commencé à dessiner avant qu’il n’entre. Puis, se tourne vers lui d’un air lumineux. Elle est heureuse de le voir. Comme toujours. Il ne peut s’empêcher de lui sourire. Il oublie tous ses doutes à ce moment précis. Comme toujours.
Elle s’agrippe à lui d’un air aguicheur.
« Arrête on est en retard » Souffle t-il.
Mais elle s’en fiche. Elle a tout ce qu’elle veut et là, c’est lui qu’elle veut.
L’espace de vingt minutes, tout change. Matthéo voit trouble. Pire que la drogue. Elle. Il l’aime. Trop. Beaucoup trop. Il n’avait pas envie de sortir. Mais il était venu. Il n’avait pas envie d’elle à ce moment. Et pourtant… L’espace de vingt minutes et il la voit, se rhabiller calmement alors que lui trouve ses jambes trop lourdes pour pouvoir se lever.
« Dépêche toi , on est en retard ». C’est la première chose qu’elle lui a dite.
Il s’est alors levé en silence en tentant de retrouver son esprit qui s’était égaré quelque part entre elle et lui.
« Je ne veux pas y aller. Qu’est ce qu’on va y faire ? » Elle se retourna, surprise.
L ‘espace d’un instant, il se demanda s’il l’avait bien dit.
« On y fera rien. Mais on y sera tous les deux » Et elle saisit sa main légèrement et l’emmena en valsant vers la porte.
Il se laissait faire. Qu’est ce qu’il aimait ça !

La soirée avait commencé. L’appartement de leur ami n’était pas bien loin. Une rue à traverser, une autre à longer, un parc à hanter. La dernière rue à passer et ils y étaient. Arrivés au bas de l’immeuble, le bruit leur indiquait qu’ils n’étaient pas les premiers. Le code, qu’ils connaissaient par cœur, fut tapé et la porte poussée. Un rituel effectué presque tous les soirs.
« Tu es jolie avec les mains gelées. »
Emma le regarde, amoureuse, et s’éloigne d’un pas dansant vers les escaliers.
L’appartement est déjà plein. Une dizaine de personnes dont ils ne connaissaient pas la moitié, comme d’habitude. Ils furent accueillis à bras ouverts, comme d’habitude.
La nuit commence vite. Comme toujours. Un, deux, trois verres. Emma rit. Elle danse. Emma danse toujours. Un, deux, trois joints. Emma chante. Elle danse. Emma danse toujours.
La nuit se poursuit. La musique heurte la tête de Matthéo. Il rit en la regardant. Il ne fait que la regarder. Elle ne le regarde pas. Elle l’aime, c’est tout.
Quatre ou cinq heures après, l’appartement se vide. Les gens s’endorment. Matthéo va cueillir Emma et l’attire à lui. Ils quittent l’appartement ensemble. Elle est encore excitée. Un parc à hanter… D’un regard séducteur, elle l’entraîne dans ce parc qui les connaît tant.

5h du matin. Ils arrivent chez Matthéo. Emma ne tient plus debout. Il la sent, frémissante.
« Tu es jolie avec les yeux fatigués »
Elle le regarde, tendrement éprise, se mit à sangloter. Ca y est. Ca recommence. C’est l’heure qui lui fait regretter de tant l’aimer. Ou bien est ce l’heure qui ne fait qu’amplifier cet amour ?
Elle enfonce ses ongles dans son bras. Il ne ressent pas la douleur. Il veut dormir.
« Reste avec moi, j’ai peur… »
C’est tout ce qu’il entend. Alors il reste.
« Reste avec moi…c’est pire que tout j’ai mal, je veux plus avoir mal… »
Et elle pleure. Ses larmes accompagnent les spasmes qui gagnent son corps pendant plus d’une demi heure. Matthéo s’accroche pour elle. Elle l’agrippe. Pourquoi a t-elle mal comme cela ? Pourquoi n’a t-il pas plus mal pour elle ?
Puis Emma ferme ses yeux fatigués et relâche ses mains gelées. Elle grelotte encore un peu lorsqu’elle s’endort.
« Tu es jolie quand tu frissonnes »
Matthéo la regarde et s’endort pensant que demain il hésitera encore.

Le lendemain, Matthéo ne vit pas la journée. La nuit l’éveille. Il n’hésite pas. Il y va. Il réfléchira plus tard. Il veut la voir.
23h. Elle est toujours là. Elle danse encore. Il voit trouble. Pire qu’elle. La drogue. Ou pire que la drogue. Elle.
Il s’éveille à moitié dans une ambulance qui va trop vite pour lui. Les gens s’affairent autour de lui. Tout va trop vite. Il les entend marmonner. Où est Emma ?
« Elle a besoin de moi… »

Tout est calme. Tout est blanc. Les oreilles de Matthéo bourdonnent car tout est trop calme. Où est la musique ?
Il ne comprend pas.
Un médecin arrive. Ca y est. Il comprend. Sa mère le regarde d’un air inquiet. Des larmes ont creusées ses joues profondément.
D’une voix enrouée Matthéo supplie qu’on le laisse s’en aller. On lui explique que maintenant qu’il s’est réveillé on va pouvoir le transférer dans un autre établissement.
Un établissement qui lui correspondrait mieux. Matthéo n’écoute pas.
« Je m’en fiche. Je veux voir Emma ».
On feint de ne pas l’entendre. On lui dit calmement que ça fait une semaine qu’il est ici.
« Elle a besoin de moi… elle ne supporte pas sans moi… »
Matthéo essaye de se lever, on l’en empêche. Il se débat. Mais il a mal.
Les médecins sortent.

« Emma, elle est si jolie quand elle rit… où est elle ? Maman, tu sais qu’elle a besoin de moi. »
« Je sais qu’elle a besoin de toi. Je suis désolée… c’est trop tard maintenant… »
Pire que la drogue. Elle.


Dernière édition par le Mer 28 Déc à 15:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Candleinthestorm

avatar

Nombre de messages : 589
Age : 35
Localisation : ENV-Alfort
Date d'inscription : 11/10/2004

MessageSujet: Re: Spirale   Mar 27 Déc à 23:54

"depuis qu’ils étaient ensemble, ils n’avaient passé leur temps qu’à être ensemble"

"Il s’est alors levé en silence en tentant de retrouver son esprit qui s’était égaré quelque part entre elle et lui"

"Il ne fait que la regarder. Elle ne le regarde pas. Elle l’aime, c’est tout."


Quelques phrases que je souhaite mettre en valeur. Elles soulignent cette manière que tu as de dire les choses. Tu arrives à dire les choses comme elles sont, juste comme elles sont, tout en les rendant plus brillantes.

Extraire la beauté de ce monde et la décupler, sans toutefois l'altérer...

Joli ! Triste mais joli !

_________________
UneBougieDansLaTempête, membre de la Nouvelle Génération d'Auteurs...



Les rues sont pleines de ces bonheurs que les gens trop souvent piétinent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fritesauvin.canalblog.com/
Tickle
Grande plume
Grande plume
avatar

Nombre de messages : 137
Age : 35
Date d'inscription : 29/04/2005

MessageSujet: Re: Spirale   Mer 28 Déc à 14:42

Ca c'est un texte que j'aime bien! L'histoire est triste au possible et à chaque ligne on sent une fin de plus en plus triste. Mais l'Amour de Matthéo est tellement bien décrit qu'on est comme lui, drogués. On ne veut pas lire car on sait que ça va être triste mais on ne peut s'en empêcher...

Une remarque cepedant: il y a quelques incohérences de temps. Tu passes du passé simple au présent de façon parfois bancale. Je pense que ton texte gagnerait en force si tu mettais tout au présent.
Par exemple :
Citation :
Elle détourna le regard de son miroir, resta indifférente. Elle finit avec calme le trait d’Eye Liner qu’elle avait commencé à dessiner avant qu’il n’entre. Puis, se tourna vers lui d’un air lumineux. Elle était heureuse de le voir. Comme toujours. Il ne put s’empêcher de lui sourire. Il oubliait tous ses doutes à ce moment précis. Comme toujours.
Elle s’agrippe à lui d’un air aguicheur.
« Arrête on est en retard » Souffle t-il.
SI tout était au présent, je pensais qu'on serait encore plus à fleur de peau en lisant le texte...

A toi de voir

Tickle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Acyella
Petite plume
Petite plume
avatar

Nombre de messages : 94
Localisation : Tarragona!!!!!
Date d'inscription : 08/09/2005

MessageSujet: Re: Spirale   Mer 28 Déc à 15:54

Merci beaucoup à vous deux...

Tickle, tu as raison. Et puis j'ai toujours eu des problèmes avec les temps!

Je vais mettre ce passage au présent!

Merci!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tickle
Grande plume
Grande plume
avatar

Nombre de messages : 137
Age : 35
Date d'inscription : 29/04/2005

MessageSujet: Re: Spirale   Jeu 29 Déc à 15:18

Je n'ai lu ton texte une fois hier et pourtant, il m'a obsédée toute la journée et la nuit...aujourd'hui encore, je me sens mal à l'aise rien qu'en le survolant.
J'ai mal pour les deux...C'est vraiment fort ce que tu as réussi à faire passer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Acyella
Petite plume
Petite plume
avatar

Nombre de messages : 94
Localisation : Tarragona!!!!!
Date d'inscription : 08/09/2005

MessageSujet: Re: Spirale   Ven 3 Fév à 23:12

MERCI beaucoup Tickle pour ce deuxième message et pour me lire à chaque fois...
Ca me touche énormément que tu ais ressenti cela.

Je n'ai pas de nouveau texte à vous soumettre cette fois ci, les partiels viennent de se terminer et tout plein de choses qui m'empêchent d'écrire...

Encore une fois merci à toi Tickle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Spirale   Dim 30 Avr à 23:43

Des phrases simples mais efficaces, un fil rouge au long des mots qui nous prend par la main et nous emmène dans cette "spirale" sans même y penser. Je salue la plume car on s'attache aux personnages en quelques mots seulement.
Enfin, ma rythmique préférée : Le noir des anges habille le ciel, ce soir. Un accord de piano au creux de l'oeil. Chapeau, j'adore !
Revenir en haut Aller en bas
Artemis Vi De Jalon
Grande plume
Grande plume
avatar

Nombre de messages : 127
Localisation : Toulon sur Lune
Date d'inscription : 16/02/2005

MessageSujet: Re: Spirale   Lun 1 Mai à 11:08

Salutation,


Voilà un texte qui ce lit d’un trait, facile et prenant, tout ce qui suffit pour percevoir les intentions de l’écrivain. Certes il y a quelques petits problèmes, comme Tickle l’a souligné, et certaines répétitions dans les descriptions :
Il arriva devant chez elle. Composa le code qu’il connaissait encore mieux que le sien, poussa la porte vitrée ……………Arrivés au bas de l’immeuble, le bruit leur indiquait qu’ils n’étaient pas les premiers. Le code, qu’ils connaissaient par cœur, fut tapé et la porte poussée.
Même si l’exercice est de le faire remarquer, cela ne colle pas vraiment, je trouve.

Mais ceci s’efface rapidement (surtout que ce n’est rien du tout, mais il faut bien trouver quelque chose Twisted Evil ), et l’on se rend compte ainsi que l’on tombe sous le charme des deux protagonistes. Donc pour finir, même si le thème reste classique, la leçon demeure cinglante et capricieusement honorable. Quoi que l’on dise, l’amour restera toujours l’amour…..Même s’il est illusoire.

Artemis Vi De Jalon, qui saute d’une fenêtre pour vérifier qu’il ne dort pas……………………………………………………………….
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://videjalon.forumactif.com
Acyella
Petite plume
Petite plume
avatar

Nombre de messages : 94
Localisation : Tarragona!!!!!
Date d'inscription : 08/09/2005

MessageSujet: Re: Spirale   Lun 1 Mai à 16:10

Merci à vous deux pour m'avoir lu, ça me touche beaucoup Smile

Obéron : Je suis contente que cela te plaise, vraiment touchée.

Artemis Vi De Jalon : Merci beaucoup de m'avoir lu et d'avoir laissé un commentaire, ts petits commentaires me font tuojours plaisir

A bientôt !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Antigone
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 626
Age : 35
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 10/10/2004

MessageSujet: Re: Spirale   Jeu 11 Mai à 22:37

On dirait bien que j'avais oublié de le lire, celui-là...

Tout a été dit, et je ne fais qu'apporter une voix de plus pour te remercier de nous avoir offert ce texte. Superbement décrit, terriblement vécu, bref, réel. C'est paradoxal pour de la fiction, peut-être, mais c'est comme ça que je l'ai ressenti!

_________________
Big Boss of the NGA
La langue française est une noble langue alors respecte-la, espèce de petit con!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Acyella
Petite plume
Petite plume
avatar

Nombre de messages : 94
Localisation : Tarragona!!!!!
Date d'inscription : 08/09/2005

MessageSujet: Re: Spirale   Ven 12 Mai à 0:46

Merci beaucoup Antigone! De la fiction, qui fait réelle... C'est un ressenti étrange mais si j'arrive à faire passer ça avec ce texte, c'est parfait! Et je suis heureuse que tu l'ai ressenti comme ça!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Spirale   

Revenir en haut Aller en bas
 
Spirale
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LES VIGNETTES ROUGE ET OR DANS LA COLLECTION SPIRALE
» spirale infernale
» pain en spirale au pesto (invente)
» Adieu mes quinze ans de Claude Campagne (Spirale)
» Spirale - Junji Ito

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nouvelle Génération d´Auteurs :: Les textes de la NGA :: Nouvelles-
Sauter vers: