Nouvelle Génération d´Auteurs

les mots de la NGA
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un beau cadeau

Aller en bas 
AuteurMessage
Tornade
Plume active
Plume active
avatar

Nombre de messages : 201
Localisation : Là où commence le chemin de l'obscurité...
Date d'inscription : 16/11/2004

MessageSujet: Un beau cadeau   Mar 27 Déc à 3:30

Un beau cadeau...


Le 24 décembre. Ce soir, dans toutes les maisons, on fêterait le réveillon de Noël. Les décorations avaient embelli la petite ville bretonne de Brest. Les enfants s’amusaient dehors, on voyait fleurir les bonhommes de neige, on devait se baisser pour passer à travers une bataille de poudreuse. Les rues étaient éclairées plus que jamais par les immenses guirlandes clignotantes. Les maisons apportaient chacune leur petite touche personnelle à l’éclairage de l’extérieur, et leur intérieur se berçait par un doux feu de cheminée et l’emballage des derniers cadeaux. On était bien matinaux, à Brest, observa Maiwenn. Les gens avaient terminé leurs achats, aussi bien pour le repas que pour les surprises, et déjà les habitats se mettaient à l’action. Quelques bambins devaient encore dormir, songea-t-elle.
La jeune femme avait voulu admirer le lever de soleil, sur la plage, près du port. La neige avait recouvert le sable, mais la mer s’était battue pour luire de son bleu habituel, et les quelques vagues qui montaient avec la marée offraient un léger chant mélodieux accordé à la brise. Emmitouflée dans sa veste, Maiwenn avançait, les mains dans les poches, le visage caché par son écharpe. Ses pas s’imprimaient au sol, sa longue chevelure foncée flottait au vent. Elle gardait le regard rivé à l’horizon, où le soleil commençait à se tirer paresseusement de son sommeil dans des tintes roses et bleues. Il ne brillerait pas très fort aujourd’hui, puisque de la neige avait encore été annoncée. En levant la tête, la donzelle aperçut les premiers nuages du jour, qui confirmeraient bientôt ce présage en laissant tomber des flocons glacés, comme toujours en hiver.
Le temps semblait s’être arrêté sur la plage, où la silhouette solitaire s’était elle aussi immobilisée. Le ciel se décolorait peu à peu, on commençait à y voir plus clair. Le vent venait souffler par moment, simplement pour caresser la demoiselle, et la mer avait cessé de s’agiter. Ce spectacle avait fait oublier à Maiwenn que ce soir, elle serait seule.

Des cris lointains, des rires joyeux. Une balle vint taper dans la cheville de la femme, qui baissa enfin les yeux, pour voir un petit garçon à l’air timide se pencher pour ramasser le jouet. Il eut un sourire d’excuse, auquel il obtint une réponse. L’enfant resta là quelques instants à regarder l’inconnue, avant d’empoigner la balle à deux mains et de repartir en courant vers ses frères et sœurs. Tous chaudement couverts de grosses fourrures et de bonnets, à s’amuser ainsi dans le paysage hivernal, on aurait pu les peindre, les représenter sur une carte postale. Maiwenn détacha son attention des gamins et reprit sa marche singulière. Le soleil avait pris sa place, et semblait ne plus vouloir bouger de la journée. Et maintenant, les premiers flocons descendaient doucement du ciel, pour recouvrir Brest une nouvelle fois. La neige fraîche, non piétinée, était toujours plus belle. Ils obligèrent la demoiselle à se renfoncer dans son écharpe ; la sensation de froid dans le cou n’était pas des plus agréables pour elle. Elle allait rentrer.
Elle fit donc demi-tour, trouva son chemin pour quitter la plage. Ici et là, des amoureux admiraient les vitrines en se tenant la main, des chiens erraient d’un air triste, d’autres enfants jouaient. Le bonheur de l’enfance, de l’innocence. Un vieil homme s’approcha de Maiwenn, arrêtée devant une boulangerie dont la vitre protégeait de nombreux chocolats. Il se stoppa à côté d’elle, croisa ses bras derrière son dos, et observa les bonbons, comme elle. Son reflet laissait voir à la bretonne un petit sourire sous les nombreuses rides du visage paisible de l’homme. Ses cheveux d’un blanc nacré lui faisaient penser à son grand-père, sauf que cet aïeul n’avait pas de barbe, alors que cet étranger, si.
- Appétissant, n’est-ce pas ?
L’armoricaine mit un peu de temps à s’apercevoir que le vieillard venait de s’adresser à elle.
- Très. Avec un bon chocolat chaud, à déguster près du feu, après un bon festin de Noël.
Sa voix n’était pas douce, pas brute non plus. Elle avait un teint particulier ; un de ceux dont on reconnaît de leur locuteur qu’ils ont déjà bien vécu, malgré leur jeunesse, et que la volonté qui les habite est inébranlable ; une voix qui invite à écouter sans interrompre. Une belle voix, qui correspondait à son délicieux visage. L’homme sourit de plus belle, et Maiwenn se tourna vers lui.
- Vous serez seule ce soir. Je me trompe ?
Son ton n’était pas moqueur, mais plutôt amical, voire paternel. Comment pouvait-il le savoir, que la femme avec laquelle il avait échangé si peu de paroles serait seule ce soir ? Elle en oublia de répondre, mais l’homme n’en fut pas dérangé. Il tendit la main vers la droite, en s’inclinant sommairement, et se recula de quelques pas. Il indiquait un homme assis sur un banc, seul, qui avait les yeux rivés sur la mer proche. L’interlocutrice du patriarche se sentit irrésistiblement attirée par cet individu, et ses pas la menèrent inconsciemment vers lui. Elle aurait voulu s’arrêter, elle ne le connaissait pas. Mais elle continuait d’avancer, comme si une corde la tirait vers l’avant contre son gré. Quand elle arriva près du banc, elle baissa la tête, et s’assit à son tour. Elle imita l’homme, comme le vieux l’avait imitée elle, et regarda au loin. Le silence était brisé par seulement quelques claquements de cerfs-volants sur la plage. Puis l’homme pivota vers elle. Il était brun, avec un regard vert doré envoûtant, un visage qui inspirait confiance et respect à la fois. Une écharpe écossaise lui entourait le cou, sous un épais manteau noir, et des gants continuaient l’effet en recouvrant ses mains. Maiwenn ne put s’empêcher de baisser les yeux, et un frisson la parcourut, lui faisant regretter le choix de cette jolie veste trop légère. Sans un mot, le jeune homme ôta son manteau, et le posa sur les épaules de la demoiselle, gardant son bras autour de ses épaules. Etait-ce une impression ou Maiwenn se sentait-elle agréablement bien à son contact ? Un papier vola dans sa main : Joyeux Noël. Elle jeta un regard près de la boulangerie ; plus aucune trace du vieil homme. Il avait disparu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Candleinthestorm

avatar

Nombre de messages : 589
Age : 35
Localisation : ENV-Alfort
Date d'inscription : 11/10/2004

MessageSujet: Re: Un beau cadeau   Mer 28 Déc à 0:03

"Le soleil avait pris sa place, et semblait ne plus vouloir bouger de la journée. Et maintenant, les premiers flocons descendaient doucement du ciel"

Ce passage là m'a un peu dérangé, bien que ce monde soit merveilleux et que la cohabitation de la neige avec le soleil ne me choquerait pas, au fond... On en a vu d'autres...

Sinon, je ne sais pas si c'est volontaire, si c'est pour éviter les répétitions ou quoi, mais j'ai trouvé intéressant la multiplication des appellations du personnage : "armoricaine" "interlocutrice du patriarche" etc...
Ca donne une idée de tout ce que peut être à la fois une personne...

Intéressant !

_________________
UneBougieDansLaTempête, membre de la Nouvelle Génération d'Auteurs...



Les rues sont pleines de ces bonheurs que les gens trop souvent piétinent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fritesauvin.canalblog.com/
Tornade
Plume active
Plume active
avatar

Nombre de messages : 201
Localisation : Là où commence le chemin de l'obscurité...
Date d'inscription : 16/11/2004

MessageSujet: Re: Un beau cadeau   Jeu 29 Déc à 16:29

Au départ, ces multiplications sont en effet là surtout pour éviter les répétitions. Mais j'ai essayé de trouver plusieurs expressions, comme tu l'as dit Candle ça montre tout ce qu'on peut être à la fois.

Pour la neige et le soleil... moi quand il neige chez moi y a quand même du soleil, donc...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tickle
Grande plume
Grande plume
avatar

Nombre de messages : 137
Age : 35
Date d'inscription : 29/04/2005

MessageSujet: Re: Un beau cadeau   Jeu 29 Déc à 18:27

Justement, moi je trouve que ça alourdit beaucoup le texte, les différentes expressions pour désigner les personnages.

Le style est très fluide et simple, tout comme l'histoire et ces mots, qui ne sont pas vraiment du vocabulaire courant, apportent une certaine lourdeur. On voit bien que c'est pour ne pas faire de répétitions mais on le voit trop. On ne voit même plus que ça et le mot reste dans la tête jusqu'à la fin de la phrase.

D'autre part, je trouve que les phrases de descritption sont assez longues et difficiles à suivre.
Je ne sais pas, je trouve que tout fait trop travaillé en fait...c'est le comble vous me direz mais du coup, c'est assez "étouffant" à lire.
La fin, où les phrases sont plus courtes, plus intenses, est plus agréable (malgré le "demoiselle").
Des phrases courtes, précises, aussi finement taillées qu'un diamant par un orfèvre, voilà ce qui fait scintiller un texte !

Tickle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un beau cadeau   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un beau cadeau
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un beau cadeau...
» un beau cadeau
» Un beau cadeau pour ma belle-mère
» Cadeau pour ma cousine - TERMINE
» Un beau cadeau Luville !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nouvelle Génération d´Auteurs :: Les textes de la NGA :: Nouvelles-
Sauter vers: