Nouvelle Génération d´Auteurs

les mots de la NGA
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le coeur a sa raison

Aller en bas 
AuteurMessage
Antigone
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 626
Age : 35
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 10/10/2004

MessageSujet: Le coeur a sa raison   Mer 18 Jan à 23:53

Comment avait-elle rencontré Eric, déjà ? Tout cela n’était pas si loin, et pourtant les souvenirs étaient confus. Une fête, oui, l’étourdissement des corps trop proches et des regards fuyants, et parmi tous un seul vrai : le sien. Elise ne se souvenait pas d’avoir entendu le baratin habituel sur ses yeux, son rire et son look, tout comme elle n’avait pas en mémoire de phrases bateaux habituellement dégainées en pareilles circonstances. En fait, depuis le départ, ils s’étaient sentis si bien ensemble… C’était tellement naturel ! A peine quelques mois plus tard, il emménageait chez elle, sans que leur histoire ait connu une seule fausse note.

Cette perfection apparente l’inquiétait d’ailleurs un peu. Elle aimait autant les défauts d’Eric (minimes, concédait-elle) que ses qualités. Il était tout ce qu’elle avait toujours attendu, et les rares fois où ils avaient brièvement élevés la voix l’un contre l’autre avaient vite été ensevelies sous l’inlassable bonheur du quotidien. C’était louche, trop louche, et elle le lui disait parfois.

- Il y a forcément quelque chose qui va nous tomber dessus… Une saloperie à laquelle on ne s’attend pas, soupirait-elle, soucieuse, et le rire frais d’Eric ne parvenait pas à la réconforter tout à fait.
- Pourquoi faut-il toujours que tu luttes contre tout ? lui demandait-il habituellement en lui ébouriffant les cheveux. La vie est simple, Elise. Accepte-la, au lieu de te battre contre elle.

Mais l’accepter sans rien dire, c’était accepter de ne rien contrôler, et elle détestait n’avoir aucune prise sur les évènements.

Comment avait-elle rencontré André, déjà ? Tout cela n’était pas si loin, et pourtant les souvenirs étaient confus. Une fête, oui, l’étourdissement des corps trop proches et des regards fuyants, et parmi tous un seul vrai : le sien. Anna ne se souvenait pas d’avoir entendu les discours de circonstances sur la beauté du ciel, la fraîcheur de la soirée ou l’élégance de sa mise, tout comme elle n’avait pas en mémoire d’avoir prononcé ces phrases clichés qu’elle utilisait systématiquement quand on tentait de la séduire. En fait, dès la première danse, ils s’étaient sentis si bien ensemble… C’était tellement naturel ! A peine quelques mois plus tard, il demandait sa main à son père, gauchement apprêté dans un costume trop cintré. Le patriarche l’avait bien entendu cuisiné quelques instants, mais il s’était évidemment renseigné depuis longtemps sur ce grand bonhomme à l’air rêveur qui faisait une cour trop peu discrète à sa fille aînée, et le résultat de ses investigations lui ayant apporté satisfaction, il fut ravi de pouvoir leur apporter sa bénédiction. Leur mariage eut lieu sans que leur histoire ait connu une seule fausse note.

Elle se laissait baigner dans son bonheur à l’apparente perfection, savourant chaque instant passé à ses côtés. Tout était comme elle l’avait toujours rêvé, André était l’homme qu’elle attendait depuis tout ce temps, elle en était certaine, « l’homme de sa vie » dont sa mère et sa grand-mère lui parlaient depuis tellement longtemps, avec des trémolos dans la voix, et les yeux humides. Le prince charmant des romans qu’elle collectionnait et qui s’alignaient sagement sur sa petite bibliothèque en chêne, mois après mois.

André l’aimait à en mourir, et ne manquait pas de lui répéter. Elle le croyait bien sûr, pourquoi en aurait-il été autrement ? Et leur premier hiver ne ternit pas les promesses qu’ils s’étaient faites : blottis devant l’âtre, ils faisaient des projets d’avenir, indifférents au vent sauvage qui secouait les volets comme pour les arracher.

- Quelle chance, vraiment, de s’être rencontrés ! Nous sommes faits l’un pour l’autre, s’émouvait-elle.
- L’un pour l’autre, assurément ! répétait-il passionnément en la dévorant des yeux.


Parmi les choses qui amusaient énormément Eric, il y avait notamment le fait qu’ils semblaient en connaître énormément l’un sur l’autre de manière inexplicable. Le nombre de sucres qu’il prenait dans son café, la façon dont elle préférait son steak, sa peur inconsidérée des rats et son amour timide pour la peinture à laquelle elle ne connaissait pourtant rien… Le genre de détails qui passent si facilement inaperçus, et font pourtant le quotidien. Elise ne cessait de s’en étonner jour après jour, cherchant pendant des heures la conversation où elle aurait pu mentionner ce détail, enrageant de ne rien découvrir.

- C’est absolument impossible, Eric ! explosa-t-elle un jour. Par quel miracle pourrais-tu savoir que ma couleur préférée est le jaune ? Jamais je ne te l’ai dit, j’en suis sûre !
- Va savoir… répondit-il malicieusement. Peut-être que c’est mon instinct masculin. Ou alors nous étions tout simplement faits l’un pour l’autre…

Elle leva les yeux au ciel, avant de lui envoyer l’oreiller au visage. Vraiment, il n’y avait que lui pour penser des stupidités pareilles…

Quand vint la nouvelle de son départ pour le front, Anna se décomposa littéralement. Partir ? Pourquoi ? Pourquoi voulait-on lui ôter son amour, l’envoyer à la boucherie sous prétexte d’idéaux dont ils n’avaient que faire ? André passa des heures à tenter de la consoler, lui racontant ce qu’ils feraient dès son retour, les gens qu’ils verraient, leurs années futures, les enfants qu’ils auraient… Elle faisait mine de le croire pour ne pas l’inquiéter, mais à peine avait-il tourné le dos qu’elle fondait à nouveau en larmes. Tant de gens étaient morts, déjà ! Et s’il ne revenait jamais !

André broyait du noir, lui aussi, et errait dans les rues du village, taciturne et sombre, guettant les nouvelles du front, priant intérieurement pour que cette guerre se termine, qu’il n’ait pas à partir ! Lui, manier une arme ? Tuer d’autres êtres humains ? Mais au nom de quoi, bon dieu ! la Patrie ? Ca ne voulait rien dire, la Patrie. Les camarades morts, la liste des noms affichée sur la porte de la mairie, les vêtements noirs et le cimetière plein, par contre, ça c’était vrai. Et Anna… Que deviendrait-elle, sans lui ? Et s’il ne revenait jamais ?

C’est la veille de son départ, une fois son bagage fait, qu’il lui promit. De cela, par contre, elle se souvenait parfaitement.


C’était encore une soirée paisible, une soirée de pur bonheur. Après avoir regardé un film loué la veille, ils se blottirent dans le sofa sous une vieille couverture, et parlèrent un peu de l’avenir, de ce qu’ils espéraient. Elle refusa une fois de plus d’aborder le sujet des enfants, déviant habilement la conversation. Il n’en était pas dupe, bien entendu, mais à quoi cela aurait-il servi d’insister ? Ils avaient le temps… Même s’il craignait qu’elle ne refuse simplement d’en avoir, pour dieu sait quelle raison. Elle avait de telles lubies, parfois…

- Tu sais, Elise, dit-il rêveusement alors qu’elle se relevait pour se diriger vers la cuisine, je pense réellement que nous étions faits l’un pour l’autre.
- Ne sois pas ridicule, voyons, rétorqua-t-elle en haussant les épaules. Tu sais ce que je pense de ces histoires pour gamines en mal de fantasmes…
- La gamine en mal de fantasmes te remercie ! fit-il en tentant de prendre un air choqué.

Elle sourit et lui envoya un baiser avant de disparaître dans la cuisine.

- Il y a tellement de points bizarres… Je sais que tu ne crois pas au Destin, mais là, tout de même…
- Tu délires, mon chéri, cria-t-elle depuis l’autre pièce.
- Je sais pas… murmura-t-il. Elise, est-ce que tu crois en la vie après la mort ?
- Je te demande pardon ? demanda-t-elle, perplexe, en passant la tête par l’embrasure de la porte.
- Oui, tu y crois, pas vrai ?
- Qu’est-ce qui te prend ? fit-elle en entrant dans la pièce avec un plateau portant deux bols de soupe.
- Et en la réincarnation Elise ? tu y crois aussi ?
- Pas du tout.
- Mais si ça existe, cependant… est-ce que tu crois que… C’est con, mais je ne voudrais pas, moi, que la mort nous sépare, tu sais, glissa-t-il doucement.

Elle le regarda avec de grands yeux, interdite.

- Eric, je t’aime… Mais parfois je te trouve vraiment trop sentimental, souffla-t-elle avant de l’embrasser.

Elle n’avait jamais voulu refaire sa vie. Sa jeunesse s’était fanée rapidement, ternie par les larmes qu’elle n’avait jamais essayé de retenir, ses larmes qui lui rongeaient le visage et le cœur depuis la mort d’André. Son ventre sec, qui jamais n’avait accueilli aucun enfant, se crispait un peu d’appréhension.

- On ne meurt pas tous les jours, après tout, glissa-t-elle doucement à monsieur le curé qui opina en souriant.
- Et pourtant, Anna, chuchota-t-il, vous m’avez l’air bien sereine… Votre confiance en Dieu est admirable et fait plaisir à voir.

Elle sourit d’un air mystérieux et ferma les yeux, n’osant démentir le jeune prêtre. Pourtant ce n’était pas Dieu qu’elle attendait de retrouver. Elle se souvenait de cette soirée, de ce dernier repas…

- Promets-moi de revenir, avait-elle supplié.
- Anna, je ferai tout ce que je peux pour revenir, tu le sais bien, lui disait-il depuis le fauteuil, las de la séparation, n’osant la prendre dans ses bras de peur de la briser.
- Je ne vivrai pas sans toi, il y a tant à construire, gémit-elle en tentant machinalement de remettre de l’ordre dans sa tenue.
- Je ne sais pas si…
- Oh, André ! j’ai un affreux pressentiment ! Ne pars pas !

Il avait soupiré, tandis qu’elle remplissait deux bols de soupe tant bien que mal, d’une main tremblante. Puis il avait redressé la tête, et lui avait dit : « Je te promets de revenir… et si ce n’est dans cette vie, dans une autre ! »

- Dans une autre ? avait-elle répété en essuyant vaguement ses larmes. Tu me le promets ?
- Nous serons heureux quoiqu’il arrive, Anna… Peu importe le temps. Tu le veux bien ?
- Je t’attendrai… chuchota-t-elle en approchant le plateau, émue aux larme. Je te le promets.
- Moi aussi, je te le promets. Je reviendrai.



- Je ne sais pas si je suis trop sentimental, Elise, dit-il après qu’elle se soit dégagée de son étreinte, mais je sais que je te promets de te chercher toujours… Même après.
- Après ? sourit-elle, plus émue qu’elle ne voulait l’avouer.
- Peut-être dans une autre vie… Je te promets de te chercher.
- Alors je t’attendrai, souffla-t-elle amoureusement.

De la main droite, elle lui tendit le bol fumant, son regard rivé au sien, tandis que la gauche épousait tendrement la courbe de sa joue.

De la main droite, elle lui tendit le bol fumant, son regard rivé au sien, tandis que la gauche épousait tendrement la courbe de sa joue.

Ses yeux s'agrandirent soudain, tandis que les deux scènes se superposaient dans son esprit en une alternance de flashes improbables. Elle voulut reculer et tomba.

- Qu'est-ce que... je vois? balbutia-t-elle.

Totalement incrédule, Eric la fixait, bouche bée. Il la regarda comme s'il la voyait pour la première fois, et le bol qu'il tenait encore quelques secondes auparavant s'écrasa sur le sol.

- Anna? dit-il sans même s'en rendre compte, et le fait de s'entendre prononcer ce prénom lui donna le vertige.
-Je vois... qu'est-ce que... ces images? ces gens? gémit-elle, perdue.
- Anna? insista-t-il.
- Je... Non! Je suis Elise! Ta petite Elise! Arrête, André, je...
- André? répéta-t-il d'un air halluciné.

Elle glapit, et se couvrit la bouche de la main. Les larmes lui montèrent aux yeux, larmes de panique et d'appréhension. Etait-elle devenue folle? Toutes ces images dans sa tête... Et ce visage, différent de celui d'Eric, et pourtant! Elle le connaissait, oui, depuis toujours, mais qui était-ce?

Fasciné, Eric se laissait peu à peu pénétrer par des émotions et des sensations qui étaient les siennes sans qu'ils les aie jamais connues. Il y avait cette femme, et ces promesses, oui, c'était si loin, si loin...

Lentement, inéluctablement, les pièces du puzzle s'assemblaient dans son esprit.

- Anna, murmura-t-il enfin, est-ce que nous...?
- Tais-toi! cria-t-elle en se jetant maladroitement dans ses bras en martelant son torse de ses poings. Tais-toi! Je suis Elise!
- Elise.. répéta-t-il docilement en refermant doucement ses bras autour d'elle, indifférent à ses coups. Mon Elise...
- Je suis moi, ajouta-t-elle précipitamment, avant de se laisser tomber contre lui. Personne d'autre.
- Et moi je suis... quelqu'un d'autre? demanda-t-il, éberlué. Tous ces souvenirs...
- Arrête! hurla-t-elle.
- Cela fait si longtemps, mais tu... Où est Anna?

Elise porta les mains à ses tempes et gémit longuement. Il tenta de la forcer à le regarder mais elle lui échappa et alla trouver refuge contre le mur opposé, haletante, le regard apeuré.

- Tu l’as vu aussi! s'exclama-t-il d'un ton accusateur. Tu l'as vu comme moi! Qui est cette Anna? Et cet homme? Elise! Réponds moi!
- Arrête! répéta-t-elle avec force. Il n'y a personne, personne, rien que moi! Moi toute seule! Qui sont ces gens? Je veux qu'on me laisse tranquille!
- Qui... qui sommes-nous vraiment? énonça-t-il lentement sans parvenir à la quitter des yeux.

Elle secoua rageusement la tête.

- Est-ce que je cherchais à te retrouver, depuis tout ce temps? dit-il encore. Elise... cet homme, c'est moi, n'est-ce pas?
- Non! protesta-t-elle. Non! Tu es Eric! Tais-toi! Je ne vois pas de quel homme tu parles! Je suis Elise!
- Oui, poursuivit-il tout doucement, perdu dans le méandre de ses pensées. Tu es Elise, et avant... avant tu étais Anna. Elise? Avant, tu étais...
- Je suis Elise!
- Oui mais...
- Juste Elise... je ne veux pas. Je ne sais pas qui sont ces gens. Je vois des choses, je veux dire, j'imagine des choses que je n'ai jamais vécues, je...
- Tu les as vécues, Elise. Avant. Nous étions déjà là, avant, réalisa-t-il, et tout lui sembla soudain parfait et étrangement paisible.
- Il y a des images, je ne veux pas! s'exclama-t-elle encore, et son ton se fit suppliant quand elle leva sur lui des yeux remplis de larmes. Je suis Elise... S'il te plaît, Eric, aide-moi, je t'en prie, j'ai peur...
- Elise, c'est pourtant clair! s'exclama-t-il soudain en se redressant, débordant d'enthousiasme. Nous nous connaissions avant, dans une autre vie! C'est merveilleux! Tout simplement merveilleux! Tu t'appelais Anna et moi André, et nous...

Un hurlement interrompit sa tirade. Les mains plaquées sur les oreilles, Elise hululait, le visage poisseux de larmes. Les images, les scènes, les visages et les couleurs se cherchaient et se heurtaient violemment, entrechoqués dans les entrelacs de sa mémoire, se précipitant l'un vers l'autre et s'anéantissant peu à peu. Cette Anna qui était elle mais ne l'était plus, cet homme qu'elle ne connaissait pas et qu'elle aimait... Cette voix dans sa tête, cette Anna qui criait sa joie immense d'avoir retrouvé André, qui luttait pour se serrer contre lui mais il n'y avait pas d'André, pas d'André, non! Juste Eric! Eric et personne d'autre! Mais qui était Eric?

Elle ne le vit pas approcher, ne sentit pas ses mains sur elle. Les yeux obstinément clos, elle hurlait toujours, s'abandonnant à un lent mouvement de balancier qui se voulait apaisant, et sans cesser de hurler elle se demanda confusément, dans un dernier éclair de lucidité, si c'était là le bruit de la raison qui fuit.

_________________
Big Boss of the NGA
La langue française est une noble langue alors respecte-la, espèce de petit con!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
moi
Grande plume
Grande plume
avatar

Nombre de messages : 127
Age : 25
Localisation : PaRiS
Date d'inscription : 19/12/2005

MessageSujet: Re: Le coeur a sa raison   Sam 21 Jan à 0:51

oh que d'obscurité... je crois que je comprends, mais pas sure, l'ialique c'ets la vie anterieur, et le normal la vie presente... enfin bon toujorus est-il que j'adore héhéhé! j'espere voir bientot la suite pointer le bout de son museau...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Antigone
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 626
Age : 35
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 10/10/2004

MessageSujet: Re: Le coeur a sa raison   Sam 21 Jan à 1:07

Got it! L'italique est en effet pour la vie antérieure...

Par contre pour la suite n'attend pas trop longtemps, tu risques de t'ennuyer... Il n'y aura pas de suite. Ca se termine comme ça!

Merci d'avoir pris le temps de lire.

_________________
Big Boss of the NGA
La langue française est une noble langue alors respecte-la, espèce de petit con!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faë
Nouveau
Nouveau
avatar

Nombre de messages : 46
Localisation : en Faërie
Date d'inscription : 16/05/2005

MessageSujet: Re: Le coeur a sa raison   Sam 21 Jan à 13:50

Je l'ai lu hier - peut-être la première, mais on ne course pas - et j'ai beaucoup aimé, simplement; c'est bien écrit ( j'aimerais plus "transparent"= moins d'épithètes et d'images), l'histoire est belle; c'est , on ne peut pas dire ingénieux, parce que c'est en rupture avec le ton, mais bien construit; je trouve vraiment bien; est-ce que tu penses à te faire éditer? peut-être pas; il me semble que c'est intéressant, peut-être même en scénario, mais je ne suis pas pro; en tout cas, je n'ai pas lâché jusqu'à la fin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Antigone
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 626
Age : 35
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 10/10/2004

MessageSujet: Re: Le coeur a sa raison   Sam 21 Jan à 15:59

Plus de transparence, oui, j'aimerais aussi... Ne fut-ce qu'en réduisant le nombre effrayant d'adverbes que je case partout; mais les adverbes et moi, c'est une passion qui dure depuis des années, j'ai du mal à me résoudre à leur faire de la peine en les laissant de côté...

Pour tout le reste, édition, adaptation, etc... Mon dieu mais ce n'est qu'une simple nouvelle. J'ai ressenti le besoin de l'écrire à cause d'une idée qui m'avait traversé l'esprit. A force d'entendre des stupidités sur l'amour éternel au-delà des vies, je me suis dit que si ça m'arrivait, à moi, je perdrais plutôt la tête... Comme Elise. L'effroi de voir en face de soi un parfait inconnu, ou du moins son reflet, qu'on aime aussi complètement, a sans doute de quoi faire chavirer quelques raisons. D'où le titre.

_________________
Big Boss of the NGA
La langue française est une noble langue alors respecte-la, espèce de petit con!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faë
Nouveau
Nouveau
avatar

Nombre de messages : 46
Localisation : en Faërie
Date d'inscription : 16/05/2005

MessageSujet: Re: Le coeur a sa raison   Sam 21 Jan à 16:47

style: on se bat tjrs contre lui ; il faut croire qu'il nous ressemble, moi je me bats contre le mien, une vraie glue; je n'en suis pas à l'affection envers ses tics, je secoue violemment; (réflexion strictement perso, je ne te dis pas d'en faire autant)
édition; 1) on édite des nouvelles, et moins bonnes; mais c'est à toi de voir si ça te plaît;
2) scénario; j'ai vu une histoire un peu identique (souvenir flou) et assez bien, d'où ma remarque;
3) réincarnation; l'idée est franchement grisante (en pensée); dans le vécu, je me demande moi aussi ce que j'en ferai, et à priori je me demande si je ne déjanterai pas légèrement.....d'où ma remarque sur ta nouvelle, que je trouve pas mal, vraiment, parce que la juxtaposition des intrigues crée une tension chez le lecteur, et une impression de vertige (parallélisme des situations, dialogues) avant de se répercuter sur le personnage central; en définitive, je crois que ma réaction essentielle a été "j'en ferais bien un film" , (il y beaucoup de notations visuelles) accompagné de c'est bien trouvé;
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le coeur a sa raison   Dim 22 Jan à 3:28

La nouvelle est parfaite.
J'aime pas ce genre d'histoire, j'ai pas laché avant la fin. Qui m'a surpris.
L'atmsphère est oppressante à souhait, on sent le bonheur qui sonne comme un verre de cristal fêlé qu'on choquerait légèrement dès le début.
Elle a une taille tout à fait adéquate et le résultat est percutant à souhait.
Revenir en haut Aller en bas
Tara
Plume active
Plume active
avatar

Nombre de messages : 230
Age : 30
Localisation : là où vous ne m'attendez pas ...
Date d'inscription : 20/06/2005

MessageSujet: Re: Le coeur a sa raison   Ven 27 Jan à 20:50

eh bien ... que dire? je trouve cette nouvelle EXCELLENTE. vraiment, j'ai été captivée dès les premiers instants, j' ai eu la chance de me noyer dans l'histoire, j'ai pu voir les personnages en actions... et j'étais heureuse pour Anna et André...
franchement, j'adhère

autrement, c'est vrai, moi aussi j'entends beaucoup parler d'amour éternel
de réincarnation, de Destin... je trouve que tu as très bien tourné tout ça!

et pour les adverbes... moi j'ai trouvé qu'il n'y en avait pas trop... de toute façon... si c'est une grande histoire d'amour, tu les retrouveras à la prochaine réincarnation

oh, une dernière chose: je le trouve très naturel comme texte, n'y avait il pas une part de vécu? lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Artemis Vi De Jalon
Grande plume
Grande plume
avatar

Nombre de messages : 127
Localisation : Toulon sur Lune
Date d'inscription : 16/02/2005

MessageSujet: Re: Le coeur a sa raison   Sam 28 Jan à 1:14

Le thème est passionnant mais il est bien trop construit sur les paroles et les sentiments des personnages. Ceci coupe avec la réalité romanesque = peut de descriptions et beaucoup de dialogues. Il y a un flou qui imprègne la moitié du texte, on est un peu perdu lors de la première lecture. Bon c’est mon point de vue. Sinon l’ambiance est bien prenante et l’histoire reste dans la tête.
Moi je pense que les sentiments, les sensations et « l’amour » se transmet par les gènes. Tout ceci se balade de génération en génération sans vraiment se manifester. Mais parfois on les ressent en passant à coté d’un endroit, d’une personne ou tout simplement en sentant le vent sur notre peau. Bref, par ce biais, la mémoire d’une vie passée est forcément en nous. C’est moins fantastique comme explication des « déjà vu », mais c’est le seul moyen que j’ai trouvé pour décrire ce phénomène.
En tout cas j’ai pris du plaisir à lire tes mots, je ne peux que t’en remercier.


cette vie est le prolongement de mon passé
Une union est le fragment de notre futur

Artemis Vi De Jalon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://videjalon.forumactif.com
Faë
Nouveau
Nouveau
avatar

Nombre de messages : 46
Localisation : en Faërie
Date d'inscription : 16/05/2005

MessageSujet: Re: Le coeur a sa raison   Lun 30 Jan à 13:51

fêlées, eh les drôlesses....DES BOUDHISTES en cavale, comme si les mecs sur terre y en avait pas déjà jusque là ..... I love you
ATTENDEZ d'être mariées avec 4 gniards aux trousses, on en reparle;


I love you je
plaisante I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tickle
Grande plume
Grande plume
avatar

Nombre de messages : 137
Age : 35
Date d'inscription : 29/04/2005

MessageSujet: Re: Le coeur a sa raison   Mar 31 Jan à 11:54

Concernant cette petite nouvelle, j'ai aussi beaucoup accroché au style, à l'histoire (j'avoue, mon vrai nom dans la vie c'et pas Tickle mais Elise alors bon...) tout ça. Tu gardes le même style que celui que j'avais pu apprécier sur d'autres nouvelles (un style bien plus léger que tu ne le penses me semble t'il) mais (il faut toujours un mais!), je trouve que l'histoire aurait pu être rallongée.

Je veux dire par là que je n'ai pas trop compris la plongée dans la folie d'Elise, elle est trop soudaine et du coup, trop iréelle. Là-dessus, je rejoins Artemis, ça manque de description et de fouille psychologique. Ou alors, un peu comme dans Fight clib, d'apparitions très courtes mais plus nombreuses d'Anna et André dans la vie d'Eric et Elise, avant qu'ils n'aient la révélation et que la folie les gagne. Je ne sais pas si tu vois ce que je veux dire mais j'aurais vu ça moins soudain, étalé sur plusieurs jours...Mais ça c'est à cause de mon amour pour le fantastique du XIXeme!

En tout cas toutes mes félochs et continue!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Antigone
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 626
Age : 35
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 10/10/2004

MessageSujet: Re: Le coeur a sa raison   Mar 31 Jan à 13:27

Trop soudaine et irréelle, je ne pense pas... Trop mal décrite alors, d'accord! C'est vrai que la rupture narrative qui s'installe peut paraître trop hum catégorique et un peu inexplicable, mais j'ai vraiment tenté de me mettre à la place d'Elise (superbe prénom en passant ) et sincèrement, je crois que je serais la première à devenir totalement folle si soudainement ma raison ne m'appartenait plus, et que la seule explication "rationnelle" serait quelque chose que je me refuse obstinément à croire.

Je ne pense sincèrement pas que cette plongée soit irréelle... C'est dans le caractère d'Elise de vouloir tout contrôler, et cette dépossession la désarme encore plus que quiconque (contrairement à Eric qui est plutôt enthousiasmé par l'idée... Eric se laisse vivre, lui!). J'ai voulu accélérer brutalement l'action pour montrer cette panique qui la gagne, j'ai dû en perdre en clarté... Le seul fait que je m'explique à ce sujet le prouve!

Artémis, j'avoue que ton explication des gênes est séduisante... mais crois-tu vraiment qu'il faille tout expliquer? Les choses perdent de beaucoup leur charme quand elles sont totalement clarifiées. J'y ai toujours préféré le mystère... et par-là même, le fantastique!

Merci beaucoup en tout cas d'être passés par là...

_________________
Big Boss of the NGA
La langue française est une noble langue alors respecte-la, espèce de petit con!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faë
Nouveau
Nouveau
avatar

Nombre de messages : 46
Localisation : en Faërie
Date d'inscription : 16/05/2005

MessageSujet: Re: Le coeur a sa raison   Mar 31 Jan à 14:07

bon y en a UNE sur le lot qu'a les pieds sur terre ! drunken
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tickle
Grande plume
Grande plume
avatar

Nombre de messages : 137
Age : 35
Date d'inscription : 29/04/2005

MessageSujet: Re: Le coeur a sa raison   Mar 31 Jan à 14:27

Tu justifies très bien le choc d'Elise et c'est ce qu'il me semblait avoir présentit.
Je vais relire le texte de ce pas en l'abordant autrement...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Skid
Plume déliée
Plume déliée
avatar

Nombre de messages : 304
Localisation : corrèze
Date d'inscription : 26/02/2005

MessageSujet: Re: Le coeur a sa raison   Jeu 2 Fév à 15:43

j'étais en chine en train de boire un sprite avec mon ami tchan'g le pdg communiste, quand soudain un émissaire sortit de la forêt de bambous. Il était couvert de boue, ses jambes étaient lacèrées, un de ses bras pendait. Mon ami tchan'g lui proposa un peu de sprite avec sa courtoisie toute orientale. Mais vu le contenu de sa besace (des moules et des frites)nous nous doutions qu'il venait de trop loin pour pouvoir apprécier cette boisson traditionnelle. Aussi comprenais-je qu'il n'avait pas traversé le continent pour boire un sprite, non! Il venait m'annoncer qu'une nouvelle de antigone, que dis-je THE ANTIGONE (a prononcer avec l'accent belge), faisait grand bruit sur la NGA. Alors je partis aussitôt à la recherche du poste internet le plus proche avec un empressement non dissimulé. Quand enfin je pus prendre la bretelle de l'autoroute informatique et m'installer en conduite automatique sur le réseau, je découvris avec surprise que la chère n'avait pas perdu du clavier, bien au contraire. Il s'agissait là d'une trés belle histoire, trés filmique si je puis dire. Foi de tchan'g cette nouvelle aurait plut à MAO lui même dont trop peu de gens, selon moi connaissaient, son formidable appêtit littéraire. Cependant alors que j'étais a court de mots pour qualifier la profondeur de cette oeuvre et que mon admiration se transformait en une insidieuse jalousie, juste avant que je ne me mette à la fustiger bassement - car comme on le sait l'éloge poussée à l'extrême se mue en bave de crapeau- mon ami tchan'g renversa la situation à l'avantage de l'humanité tout entière en objectant que la fin lui paraissait un peu longue; ajoutant , toujours trés courtois, que c'était la moindre des choses pour un écrivain digne de ce nom que de laisser, dans un soucis de modestie vertueuse, son oeuvre imparfaite; qu'ainsi il se gardait de concurrencer la nature, seule mère de perfection et que par conséquent son honneur restait sauf. Moi je restais pensif, revenant a ma béatitude originelle. Une cohorte de moutons volants m'apportait un présent. Nous le fumions tranquilement avec tchan'g pensant que nous aussi nous avions dû nous connaître dans une vie antérieure, comme toutes ces personnes avec qui nous nous sentons bien. Tchan'g me demandait des précisions sur l'auteure.

bisous orientaux anti
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Antigone
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 626
Age : 35
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 10/10/2004

MessageSujet: Re: Le coeur a sa raison   Jeu 2 Fév à 16:20

Skid tu es un amour, je t'adore.

_________________
Big Boss of the NGA
La langue française est une noble langue alors respecte-la, espèce de petit con!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hiraeth Dùnadan
Floodeuse en série
Floodeuse en série
avatar

Nombre de messages : 468
Age : 28
Localisation : les Terres Sauvages
Date d'inscription : 11/11/2004

MessageSujet: Re: Le coeur a sa raison   Ven 3 Fév à 21:27

the Antigone, comment ça se prononce avec l'accent belge ?




sinon j'ai déjà donné mon avis i me semble et j'ai décidé qu'aujourd'hui je n'aimais pas me répéter


au fait elisez-moi (affligeant je sais mais faut pas m'en vouloir c'est fatigant le début des vacances )

_________________

"C'est en écrivant qu'on devient écrevisse" Hans Arp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.perdu.com
Tickle
Grande plume
Grande plume
avatar

Nombre de messages : 137
Age : 35
Date d'inscription : 29/04/2005

MessageSujet: Re: Le coeur a sa raison   Lun 6 Fév à 19:58

Aie aie aie! Auteure ou auteur????
Le débat est lancée, on se retrouve sur l'aGora!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Skid
Plume déliée
Plume déliée
avatar

Nombre de messages : 304
Localisation : corrèze
Date d'inscription : 26/02/2005

MessageSujet: Re: Le coeur a sa raison   Mar 7 Fév à 15:06

je pensais que la gente féminine se jetterait sur cet espoir que je lui avais laissé en pature

skid féministe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hiraeth Dùnadan
Floodeuse en série
Floodeuse en série
avatar

Nombre de messages : 468
Age : 28
Localisation : les Terres Sauvages
Date d'inscription : 11/11/2004

MessageSujet: Re: Le coeur a sa raison   Ven 10 Fév à 14:09

Rolling Eyes

_________________

"C'est en écrivant qu'on devient écrevisse" Hans Arp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.perdu.com
Faë
Nouveau
Nouveau
avatar

Nombre de messages : 46
Localisation : en Faërie
Date d'inscription : 16/05/2005

MessageSujet: Re: Le coeur a sa raison   Ven 10 Fév à 17:30

........... ............











............ ...........ET ALORS ? QUOI !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le coeur a sa raison   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le coeur a sa raison
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Faut-il écouter son coeur ou sa raison?
» [La Plante, Lynda] Entre coeur et raison
» LA RAISON DU COEUR de Nicholas Sparks
» Le coeur de Chopin
» Moelleux au chocolat coeur à la banane

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nouvelle Génération d´Auteurs :: Les textes de la NGA :: Nouvelles-
Sauter vers: