Nouvelle Génération d´Auteurs

les mots de la NGA
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 FF7

Aller en bas 
AuteurMessage
skid2
Nouveau
Nouveau


Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 09/10/2008

MessageSujet: FF7   Dim 12 Oct à 17:24

Au départ tout était noir, puis quelques points apparurent. On ne remarqua qu'ensuite qu'il s'agissait en fait de petits soleils d'où provenait une lumière verte pâle un peu comme celle de la matéria. Mais tout ceci n'eut plus grande importance lorsqu'on la vit, bien plus grande - car ô combien plus proche de nous, toute bleue, flottant dans l'ombre entourée d'un halo de lumière. En s'approchant on remarqua que sa surface n'était pas si homogène qu'on aurait pu le penser de loin. On voyait même se déployer quelques voiles de terre reliés entre eux, en divers points, ou bien complètement libres. Le continent qui servait de socle à la ville qui nous intéresse était le plus grand mais aussi le plus sombre, il semblait souillé en son cœur, comme rongé par une maladie qui se répandait à la manière d'une tâche d'encre sur une feuille. Et c'est en ce cœur que fleurissait la métropole des dieux, Midgard, symbole d'un développement sans borne. Les premiers cryptogrammes que l'on pouvait voir en s'en approchant faisaient référence à l'entreprise à qui l'on devait une telle débauche de « progrès » technologique: La SHINRA inc. Passons les bâtiments rivalisant en hauteur, les structures, toutes plus complexes les unes que les autres, les véhicules de police et la foule anonyme pour nous arrêter devant elle. Elle, qui attire toute notre attention n'est, à ce moment précis, qu'une jeune fille pauvrement vêtue. Il est possible de l'observer sans la déranger puisqu'elle regarde elle même dans l'immensité noire d'un espace niché entre quatre plaques de métal, elle contemple ce que l'on ne peut voir que du fin fond du cosmos. De petites lueurs vertes pales comme celle de la matéria qu'elle avait en guise de chignon. Puis la voilà qui se lève, ramassant son panier de fleur, et qui reprend sa route. Au dessous du pont qu'elle traverse, passe un train qui ne saurait être en retard. C'est un train qui appartient à la shinra, comme, en apparence, tout dans cette ville.

- Allo! station R7b! Ici la cabine de pilotage du TRE28! le train est assaillit, nous devons nous rendre! Des putains de rebelles transmet...
Le TRE 28 ?! Bien reçu, station en alerte.
Ils entendaient cela aussi.
- Bien reçu? J'espère qu'on sera bien reçu. Pas vrai Cloud?

Le train ouvrait ses portes, les soldats, tous de jeunes recrues, tenaient leurs armes dans leurs mains fébriles. Quatre silhouettes fondirent sur eux sans même qu'ils aient le temps de s'en apercevoir, ils gisaient à présent sur le sol, inertes, leurs joues rouges contre le béton glacial, tandis que les assaillants s'infiltraient en direction du réacteur.
Sod, au poste de sécurité, n'était pas réputé pour son sang-froid, et même s'il maniait le logiciel de communication à merveille, il fût bien incapable de réagir en sentant la lame mercuriale d'une épée se coller contre sa joue. Le message d'alerte n'était pas généralisé, seul le système de verrouillage était enclenché, ce qui ne devait pas vraiment être un problème insurmontable pour Biggs et Jessy. Si tant est que Wedge arriva.
Tout le monde était un peu sur les nerfs. Jusque là tout s'était bien passé, mais le plus dur restait à faire et le retard même minime de W, dont le rôle était de pirater le logiciel, rendait Barret encore plus insupportable que d'habitude. Il s'alluma donc une cigarette en surveillant que tous les corps soient bien inanimés. Puis le cinquième homme arriva, portant son embonpoint avec nonchalance, jusqu'à la cabine de sécurité.
- Bordel mais qu'est-ce que tu foutais dans ce train,notre tête est mise à prix et toi tu trouves le temps de bidouiller un vieux taco sans importance . Jessy, dit lui qu'on doit s'bouger le cul il m'écoute pas.
- Tais toi un peu, tu nous stress plus qu'autre chose. Répondit l'homme à l'épée deux fois plus grande que lui.
- Je rêve! Le raclo trouve quelque chose à redire! comment tu fais pour t'en foutre comme ça? On fait pas ça pour nous dis toi bien.
- Tu fais ça pour qui tu veux, moi ce qui m'importe c'est de sortir de là indemne. Pas le temps de s'embrouiller. Point.
Wedge ne semblait pas se sentir concerné par leur discussion il tapotait tranquillement mais sûrement sur le clavier du feu Sod. Biggs et Jessy n'attendait plus que la porte s'ouvre. Lorsque leur volonté fût faite, ils bondirent en direction du premier point de contrôle tandis que Cloud et Barret les couvraient des éventuels gardes en poste.
- Hé, Cloud! Pour un ex-Soldat tu t' bats pas si bien qu'ça, tu manques de hargne. Et puis pourquoi t'utilise cette lame, elle est trop lourde. Celle de Séphiroth était bien plus maniable.
- Mais tais-toi!
- On avait dit combien pour cette mission, déja? je crois qu'il va falloir revoir ça à la baisse.
- N'y compte même pas.
- Moi. Dis toi bien. si je me bas, c'est pour la planète.. et pour que Marlène puisse y grandir.
- Et la postérité. Marmona-t-il dans le coin de son sourire.
- La postéri... quoi?
La porte s'ouvrit et jessy lança un petit cri strident avant de dire "plus que deux!"
Petit à petit ils court-circuitaient le système sans réelle résistance. Wedge, à l'arrière avait revêtu l'uniforme trop court pour lui d'un des soldats captifs, au cas où. Il suivait leur avancée en dégustant secrètement les biscuits qu'il avait emmené dans la poche intérieur de sa fameuse veste rouge. Qui donc aurait pu pensé qu'il faisait partie d'un groupe armé, prochainement en tête de la liste noire de la Shinra. Dans la salle de contrôle il y avait un écran branché sur la chaîne d'actualité en continu, on parlait de la visite du président Shinra à Junon, de la mort d'une 20aine de gosses des taudis dans un accident de bus, le reste était encore secret défense. Le reste, c'était un réacteur en moins.

« La planète hurle » ces mots sortaient d'une bouche rongée par le temps et bardée d'une splendide moustache, ils étaient lancés sans réel destinataire, ils n'étaient qu'une petite vapeur.
De son observatoire buggen haggen pratiquait l'astrologie, règnant sur le canyon cosmos depuis que son village n'était plus en guerre contre les légions de spectres. Le canyon était l'endroit idéal pour entendre la terre crier, il allait si profondément dans ses entrailles qu'on en voyait pas le bout lorsqu'on penchait sa tête par dessus les rambardes au fond du marché, et il montait en même temps si haut qu'on voyait un quart de la terre à l'horizon. Ses habitants s'étaient regroupés dans les terres hostiles, ils profitaient des bienfaits des plantes rares qui y poussaient, leur communauté était paisible et sans remous, les meubles de l'hôtel n'avaient pas changé depuis des centaines d'années, ils étaient fait de ces bois du désert qui résistent au feu. Quant aux murs, ils étaient creusés dans une pierre brute, aux reflets orangés, et qui faisait la renommée du village. Nanaki, dernier survivant de la race sacrée de lions centenaires qui jadis protégeaient la cité, avait disparu depuis déjà 3 semaines, sa capture coïncidait avec l'intensification des vibrations. Dés lors, chaque soir à l'aurore, les couverts s'étaient mis à entonner une lugubre mélodie qui accompagnait les secousses sismiques. il savait qu'il ne servirait à rien dans la lutte qui se jouait à présent, cent soixante années gâchées, impotent, sa mort n'allait pas être paisible. Il craignait également que l'issue en soit fatale pour ses habitants. Il était convaincu que quelque chose se passait, orchestré de très loin, par quelques chefs de la ville, avides, quelque chose qu'ils n'arriveraient pas à contrôler, ou qu'ils ne contrôlaient déjà plus, un événement enfin, de si rare que ma terre elle-même le craignait; car elle appelait à l'aide, et il était le seul à l'entendre; elle déployait ses forces et il n'en avait plus assez. Il pensait aux Armes.

Midgard, Shinra Tower 7h45, soir. Refectoire, 43 ème étage.

« T'as entendu ce bordel tout à l'heure? On aurait dit une bombe.
-C'était un réacteur. Palmer a dit que des écolos l'avaient fait sauter.
-Un réacteur? Quel secteur?
-Secteur 7, les taudis ont été écrasés quand la structure est tombée.
-Tu te rends compte, ce qu'on devient. Je suis secteur 4 moi.
-M'en parle pas, et mon fils qu'est au soldier...
-Ca va que ça paye bien.
-Tu pourrais me rendre un service?
-Quel genre?
-Genre, tu as les clés de l'aération?
-Ah non pas ce genre la, tu rigoles?
-Non c'est sérieux j'ai perdu ma carte d'étage dans une grille hier en rentrant, je la vois mais je peux pas l'attraper. »

Etage 70, Bureau du président.

« Heidegger, combien de pertes?
12 citoyens, 7 militaires et 80 non-identifiés dans les structures dynamitées selon les estimations. L'explosion du réacteur à été opérationnelle à 86%.
Nous ferions bien d'aider nos apprentis terroristes à l'avenir, ils vont se révéler utiles.
Je n'osais pas vous le soumettre, reprit Reno, mais c'est le plus raisonnable, de la sorte nous combinons les objectifs.
Avons nous découvert leur nid?
Ça ne saurait tarder, ils reviennent par l'est ce qui nous mène à penser qu'ils naviguent entre le secteur 12 et le secteur 9. Ils ont un bon pirate dans leur équipe qui brouille toute tentative de localisation précise, ils passent inaperçus lors des contrôles de passerelle. Cependant on a répertorié toutes les fausses identités, on va trouver où ils se les sont procuré. D'ailleurs scarlet m'a fait dire qu'elle était à la poursuite d'un des fuyards un grand blond.
Bien, ne rentrez pas en contacte avec eux, laissez le fuyard partir et faites moi simplement un rapport de leurs activités.
On sait déjà que leur plan ne devrait pas s'arrêter là; même s'ils ont été déstabilisés par le dynamitage des quartiers résidentiels, ils peuvent essayer de se disculper par un communiqué, mais c'est pas un problème, tous ceux qui regardent les infos ce soir seront convaincus que c'est leur faute. Ils les croiront pas et eux ils ne s'arrêteront pas là.
Et les turks, qu'en est-il?
Ils sont sur les traces de Sephiroth, président.
Pourquoi ne pas tout simplement demander à Hojo? Quelque chose me dit que notre modeste scientifique, à une meilleure idée que nous d'où il se trouve.
C'est absurde président, si je le savais j'aurais déjà détruit moi-même ce prototype raté.
On est homme avant d'être père Hojo. Vous vous n'êtes ni l'un ni l'autre. Ayez la moindre volonté de nuisance à notre égard, et nous n'hésiterons pas à vous exécuter de façon exemplaire.
sic.


La jeune fille aux fleures rentrait chez elle par le secteur 8 lorsque survint la deuxième explosion, les secousses furent si fortes qu'elle en fit tomber son panier. Avec délicatesse elle se releva en faisant attention de ne pas couper ses gants contre les bouts de verre du lampadaire qui était tombé à coté d'elle. Les gens rentraient chez eux en criant, elle regardait en direction de l'explosion, vers les décombres d'un entrepôt. Un homme de taille moyenne en surgit, couvert de suie, une épée deux fois plus lourde que lui dans le dos. En la regardant il manqua de trébucher et, pour se rattraper, s'approcha d'elle calmement au prétexte de l'aider à ramasser ses fleurs; cela faisait si longtemps qu'il n'en avait pas vu, au moins depuis qu'il n'était pas retourné chez lui à Nibelheim, sur la tombe de sa défunte mère. La jeune fille amusée par l'attitude du mercenaire lui en tendit une. « cela fera plaisir à quelqu'un, dit elle, pour un gil.. », il répondit songeur, « quelqu'un, oui... » puis s'excusant d'un mouvement de tête il sortit une pièce de deux de sa poche, la glissa entre ses doigts gantés, et repartit en courant. Elle lui dit quelque chose mais il était déjà trop loin pour l'entendre, il réfléchit aux sonorités et conclut trop tard que ce ne pouvait qu'être « attention ». Il était déjà en bas des escaliers; en face de lui, de l'autre coté du pont, dévalait une tripotée de soldats qui s'arrêtèrent net, comme s'ils craignaient de s'approcher trop prés. Cela donnait du courage à notre héros. Mais du courage il lui en faudrait, car ils arrivaient aussi par derrière. Dans sa tête, un long bruit sourd s'intensifiait à mesure qu'il se rapprochait du bord du pont, on n'entendait plus rien. Il eu juste le temps de voir la silhouette familière de scarlet, éminence grise du soldier, avant de se jeter du pont, en arrière, pour s'accrocher au train qui passait. Il regardait sa main qui saignait; son poignet lui faisait mal, sur sa montre il était écrit, 19h49, c'était les aléas du timing. Mais le train était en retard.


Station R12b; 20h00

"Encore des sales jeunes, viens on va à côté laura."

"t'as vu comment elle nous a maté la vieille.
-Regarde toi! C'est normal. En plus tu sens la mort.
-Putain mais où est cloud?
-Je l'ai vu s'arrêter pour parler à une meuf.
-Forcément! Lança jessy agacée.
-Moi je vous le dis, il ne nous aide pas, c'était comme mon frère, mais il fait trop son nerveux depuis qu'il est revenu du soldier.
-Arrête tes complots.
-Quand on parle du loup. »
Il rentrait par la fenêtre.
« Mais qu'est ce que tu foutais bordel?
-j'ai fait ce que j'ai pu.
-Arrêtez avec vos sales caractères, c'est pas assez dure?
-Maintenant ils savent par quel train on rentre avec tes conneries. On en reparlera au bar. »
le train entrait en gare des taudis du secteur 7. La lumière jaillissait en permanence des spots accrochés au pilonne qui soutenaient la structure supérieure. Le sol poussiéreux et plein de débris, luisait d'une couleur sablée et rouillée qui donnaient aux lieux une ambiance de souffre. L'équipe rentrait au 7th heaven. Lorsqu'ils eurent passé le palier Barret et Cloud repartirent dans une de leurs énièmes explications. Tifa les regardaient dubitativement, elle qui avait tenu le bar en les attendant. Elle était en train d'essuyer un panier de vaisselle. Biggs allait s'installer à une table pour boire une bière tandis que barret rejoignait jessy qui était certainement allée regarder les infos en se mordant les ongles. Marlène ayant entendu les grognements de son père ne tarda pas à descendre. Lorsqu'elle arriva cloud lui tendit la rose et elle fit une moue étrange. Elle parti se réfugier dans les bras de son père. Ils descendirent dans la cave. Cloud ne suivait pas le mouvement. Puis tifa dit ceci:
«  tu te souviens de cette promesse que tu m'avais fait sur le puits? Avant que tu partes à l'armée. Tu avais dis que tu viendrais me protèger quand tu serais un soldier. J'ai l'impression que tu n'es pas revenu. Tu fais tout ça pour l'argent, pas vrai? Nous nous avons un but et un projet, long, mais il faut bien que quelqu'un le fasse tu ne crois pas?
-je n'en suis pas sure.
-Et qu'est-ce que tu feras aprés?
-Ne t'inquiètes pas. Ça sert à rien.
-Ca sert à rien... J'te sers un verre?
-Toi aussi alors tu bois. »
Le flipper servait d'ascenseur entre le bar et la salle où étaient préparées les opérations. Barrett remontait, il arrivait avec un air risible. « ramène toi, au lieu de faire de l'œil à Tifa! on a des choses à se dire je crois, et une deuxième opération à mettre au point. C'est de porter ton épée qui te fatigue autant? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
FF7
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nouvelle Génération d´Auteurs :: Les textes de la NGA :: Nouvelles-
Sauter vers: