Nouvelle Génération d´Auteurs

les mots de la NGA
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 SF 2 Réunion interministérielle NR.322-1015-2052

Aller en bas 
AuteurMessage
Vincent C
Nouveau
Nouveau
avatar

Nombre de messages : 49
Date d'inscription : 10/12/2008

MessageSujet: SF 2 Réunion interministérielle NR.322-1015-2052   Ven 7 Aoû à 10:56

Réunion interministérielle NR.322-1015-2052

Document classifié : CONFIDENTIEL SECURITE

Participants :
- Représentant du Ministère de la sécurité
- Représentant du Ministère de la ville
- Représentant du Ministère de la communication

Sujet : bien être des populations, nécessaire au maintien de la paix sociale en milieu urbain.

Situation constatée : Augmentation de la criminalité de 34% sur un an. Malgré la lutte efficace contre le grand banditisme (20% d’interpellations en plus sur un an pour les crimes et délits punis de plus de 5 ans de privation de liberté), l’augmentation de la criminalité est liée à une forte recrudescence des petits délits et actes d’incivilités. L’agressivité que montre la population face aux gardiens est de nature politique. Même si ces actes sont maitrisables en raison du peu de moyens dont disposent les délinquants, une récupération et un encadrement de cette violence par des groupes terroristes ou des criminels confirmés reste possible, et entrainerait un accroissement de la violence, autant sur le plan quantitatif que dans la gravité des actes commis.

Enquête préliminaire :
Les centres d’écoute et instituts de sondage ont relevé le mécontentement des populations face à la dégradation de leurs conditions de vie.
D’après le centre d’étude sociologique, ce mécontentement n’est pas du aux conditions de vie elles-mêmes, mais à « l’absence d’espoir de les voir s’améliorer dans le futur ».
D’après le centre d’étude des statistiques, le nombre d’actes d’incivilités envers les représentants de l’Etat, sous quelque forme que ce soit, est directement proportionnel au taux de mécontentement ressenti par la population urbaine.
D’après les services de renseignements et de gestion de l’opinion, ce pessimisme est lié à l’échec dans le cloisonnement des villes. Ce taux d’insatisfaction peut cependant être maîtrisé et maintenu à un niveau raisonnable par différents moyens, l’un de ces moyens est de faire en sorte que chacun se sente privilégié par rapport au reste de la population – c’est ce qui a entrainé la politique de cloisonnement de la dernière décennie.
Le nombre de déplacements non déclarés d’individus potentiellement contestataires entre les centres urbains reste faible, mais l’écho que trouvent ces individus au sein du reste de la population en fait de dangereux leaders d’opinion. Témoins de l’homogénéité des conditions de vie sur le plan régional, ils remettent en cause le message gouvernemental destiné à faire en sorte que les habitants de chaque centre urbain se sentent privilégiés par rapport au reste de la population.
Ces individus qui se déplacent le plus souvent clandestinement ont un impact négatif sur le taux de satisfaction de la population non salariée et constituent un facteur de propagande contre gouvernementale et de déstabilisation.

Compte-rendu de la réunion (extraits)

La situation constatée et les résultats de l’enquête préliminaire n’ont pas été remis en cause par les participants, qui ont décidé d’intensifier les efforts sur la politique de cloisonnement des villes.

Le ministre de la Sécurité à énoncé les mesures coercitives possibles afin de renforcer ce cloisonnement (renforcement des effectifs et des contrôles, alourdissement des peines pour les contrevenants, création de zones extra-urbaines où seraient détenus les individus contrôlés hors de leur ville de résidence sans autorisation administrative…)
En raison de leur cout élevé et de la forte impopularité qu’elles pourraient susciter, ces mesures n’ont actuellement pas été retenues.
Les ministres de la Communication et de la Ville se accordés sur le fait que la solution ne se trouvait pas forcément dans la réduction à zéro du nombre de voyageurs illégaux, projet qui semblait peu réaliste et couteux sur le plan financier comme politique, mais dans une campagne de communication visant à les décrédibiliser aux yeux du public. En altérant leur image, le double bénéfice escompté serait de démotiver les candidats potentiels et de réduire le pouvoir de nuisance des voyageurs restants.

Conclusion :
Les mesures à appliquer sont les suivantes :
Un bureau d’étude interministériel décidera du moyen le plus dégradant pour quitter la ville clandestinement.
Une campagne clandestine de communication sera effectuée dans les quartiers populaires afin d’inciter un maximum de candidats volontaires à utiliser ce moyen. Cette campagne, élaborée par le Ministère de la communication, sera diffusée par le biais des provocateurs, sous la responsabilité des gardiens.
Une fois lancée cette campagne de communication, le système de surveillance du Ministère de la sécurité sera renforcé sur le moyen fixé.

Le but est de capturer un maximum de voyageurs clandestins dans les conditions les plus dégradantes possibles.
La médiatisation de ces arrestations sera portée aux priorités du Ministère de la communication pendant une durée d’un mois à compter des premières arrestations.
Un bilan sera effectué à l’issu.

Document classifié : CONFIDENTIEL SECURITE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
SF 2 Réunion interministérielle NR.322-1015-2052
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [RESOLU] Etui PROPORTA Union Jack
» Présentation Rismo : Ile de la Réunion, HTC HD2, Orange
» ile de la réunion ?
» [CAL] Réunion préparation tournoi
» XBOX 360: Le live, Gamertags, réunion, parties, etc.....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nouvelle Génération d´Auteurs :: Les textes de la NGA :: Projets de romans-
Sauter vers: